Subscribe

La France “n’espionne pas l’ambassade des Etats-Unis”

Le chef de la diplomatie française Laurent Fabius a dit à son homologue américain John Kerry que la France n’espionnait pas l’ambassade américaine à Paris, estimant qu'”entre pays partenaires, ce sont des choses qui ne doivent pas se faire”.

“J’ai dit à John Kerry qui m’a appelé spécialement lundi, puis à l’ambassadeur des Etats-Unis que j’ai vu hier, que nous, nous n’espionnons pas l’ambassade des Etats-Unis”, a déclaré Laurent Fabius qui s’exprimait mardi sur la chaîne I-télé. Dimanche, Paris avait demandé des explications à Washington après les allégations d’espionnage des institutions européennes et d’autres pays par les services de renseignement américains.

“Si c’est établi – cela reste à faire -, ce qui est anormal c’est qu’un allié espionne une ambassade alliée. (…) Entre pays partenaires – les Américains sont nos amis, nos alliés – ce sont des choses qui ne doivent pas se faire”, a affirmé M. Fabius. “Nous avons dit aux Etats-Unis ‘il faut nous donner des informations, nous n’en avons pas’. Si c’est vrai, il faut que ça cesse immédiatement et qu’on prenne des dispositions pour le futur pour que ça ne recommence pas”, a ajouté le ministre des Affaires étrangères.

Selon lui, le secrétaire d’Etat américain lui a “demandé quelques jours” avant de lui fournir des “informations”. Laurent Fabius a dit avoir réclamé “des choses précises”. “Je ne pensais pas que l’ambassade française aux Etats-Unis était écoutée”, a-t-il poursuivi, expliquant qu’en octobre 2012, un “balayage total” du bâtiment avait été effectué pour détecter la présence éventuelle de micros et qu’il s’était révélé négatif.

“Il y a donc un mystère, même un grand”, a dit le ministre tout en admettant qu’il y avait diverses manières “non détectables” de “brancher des oreilles”. “Nous devons renforcer nos mesures de sécurité”, a-t-il ajouté. “La France n’écoute pas l’ambassade américaine, ça c’est certain. La France a un service d’intelligence qui rayonne à l’étranger mais en général, c’est plutôt à l’égard de pays qui ne sont pas nos partenaires”, a-t-il insisté. A l’instar du président François Hollande, il a préconisé “une réaction européenne harmonisée”, et a précisé s’être entretenu avec la chef de la diplomatie de l’UE Catherine Ashton et avec son homologue allemand Guido Westervelle.

Les ambassadeurs des pays de l’UE devaient se réunir jeudi pour un échange d’informations. Le ministre français a répété que la France n’avait pas reçu à ce jour de demande d’asile d’Edward Snowden, l’ex-consultant du renseignement américain réfugié dans un aéroport de Moscou et recherché par Washington pour avoir dévoilé ces affaires d’espionnage. “Nous n’avons pas reçu de demande. Si nous en recevons une, nous l’examinerons en fonction du droit. J’observe que des pays européens en ont reçue mais n’y ont pas fait droit”, a souligné M. Fabius. L’Allemagne, le Brésil, la Norvège, l’Inde et la Pologne ont en effet rejeté une demande de M. Snowden.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related