Subscribe

La France pourrait saisir le « château » des Madoff à Cap d’Antibes

La propriété française de Ruth Madoff pourrait être saisie par les autorités françaises, a-t-on appris lundi au tribunal fédéral de New York. Alors que Bernard Madoff attend sa sentence en prison, l’enquête avance pour déterminer le montant et la localisation des biens du couple.

Ruth Madoff, la femme du milliardaire Bernard Madoff emprisonné pour une monumentale fraude de 65 milliards de dollars, pourrait bientôt perdre son « château » dans le sud de la France. Les autorités françaises ont annoncé leur volonté de saisir la propriété dans un souci de rembourser les victimes françaises du financier. La nouvelle a été lâchée lundi, lors d’une audience au tribunal fédéral de Manhattan, à New York, par Irving Picard, le liquidateur judiciaire chargé de recenser les biens de Bernard Madoff à travers le monde.

Celui-ci a pour l’instant réussi à localiser un milliard de dollars de biens du financier américain. Environ 75 millions de dollars déposés sur un compte à Gibraltar au nom de « Bernard L. Madoff Investment Securities » sont venus s’ajouter aux comptes et propriétés meubles ou immeubles précédemment découverts par Irving Picard.

La propriété française est un appartement de 120 mètres carrés, possédant trois chambres et inclu dans la luxueuse résidence du « Château des Pins », à Cap d’Antibes dans le sud de la France. Il est estimé à 1 million de dollars et contiendrait pour 900 000 dollars de meubles et œuvres d’art, selon les estimations du tribunal.

Le gouvernement américain a déjà annoncé la semaine dernière qu’il allait demander la saisie de nombreux biens appartenant soit à Bernard Madoff, soit à son épouse Ruth Madoff. Il va également requérir la saisie de prêts consentis par les époux Madoff à leurs deux fils, pour 31 millions de dollars.

Bernard Madoff, 70 ans, a été arrêté le 11 décembre dernier. Après trois mois d’assignation à résidence à son domicile de Manhattan, il est emprisonné depuis le 12 mars, après avoir plaidé coupable de 11 chefs d’inculpation.

Accusé d’avoir orchestré pendant des décennies une gigantesque escroquerie « pyramidale » portant sur quelque 50 milliards de dollars, il encourt jusqu’à 150 ans de prison.

La sentence doit être prononcée le 16 juin.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related