Subscribe

La France prend “au sérieux” les menaces d’Aqmi

La France “prend au sérieux” les menaces d’Al-Qaïda au Maghreb Islamique (Aqmi), a déclaré mardi François Hollande, soulignant que, malgré les pertes “considérables” infligées à cette organisation au Mali, “la menace terroriste n’a pas disparu”.

Dans une vidéo datée du 25 avril et mise en ligne mardi, Abou Obeida Youssef Al-Annabi, chef du Conseil des notables d’Aqmi, exhorte les musulmans “dans le monde entier” à “attaquer les intérêts français partout”, en raison de “l’agression” dont la France se rend à ses yeux coupable au Mali. “La question de la menace qui est rappelée par Aqmi, nous la prenons au sérieux”, a réagi M. Hollande, interrogé à la mi-journée lors d’une conférence de presse à l’Elysée au côté du président polonais Bronislaw Komorowski. “Nous avons infligé des pertes considérables à Aqmi par l’intervention au Mali, mais les réseaux d’Aqmi existent en dehors du Mali”, a ajouté M. Hollande, “nous considérons donc qu’il nous faut poursuivre, et l’intervention au Mali pendant le temps nécessaire -même s’il y a une réduction de notre présence-, et maintenir une vigilance autour du Mali pour continuer à lutter contre le terrorisme”.

“Mais nous avons aussi à protéger nos installations”, a enchaîné le chef de l’Etat, “et c’est ce que j’ai donné comme instruction pour que nous ne puissions pas être victimes de je ne sais quelle opération d’Aqmi”. “Je rappelle, sans avoir d’ailleurs de lien à établir, qu’il y a eu attentat contre nos intérêts à Tripoli donc la menace terroriste n’a pas disparu”, a-t-il encore affirmé. “C’est pourquoi nous voulons qu’elle puisse être conjurée par l’ensemble des Européens”, a-t-il ajouté.

M. Hollande a aussi rappelé que se tiendra le 15 mai à Bruxelles une réunion “très importante” sur le Mali et que, par ailleurs, un conseil européen sera dédié aux questions de défense à la fin de l’année. Le 23 avril, l’ambassade de France en Libye avait été visée par un attentat, dans lequel deux gendarmes français avaient été blessés. La France n’a reçu à ce jour aucune revendication.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related