Subscribe

La France veut contrôler les agents sportifs

La secrétaire d’Etat française aux Sports, Rama Yade, a espéré mercredi qu’une nouvelle loi sur les agents sportifs, créerait un “cercle vertueux” pour pousser d’autres pays de l’UE à encadrer plus strictement cette profession souvent associée aux dérives du sport.

“C’est intéressant que nous soyons un des pays pionniers en ce domaine. Nous sommes de ce point de vue en capacité de déclencher un cercle vertueux pour la régulation nationale et internationale qui n’en est qu’à ses débuts”, a-t-elle déclaré.

“La France doit continuer à être un exemple pour les autres pays, notamment européens”, a-t-elle ajouté.

Après la révélation de scandales principalement dans le football, le sénat avait adopté en juin 2008 une proposition de loi encadrant la profession d’agents sportifs. Elle a été légèrement modifiée mercdredi et prévoit de légaliser une pratique courante qui voit les clubs payer directement, en contournant les règles, des agents sportifs qui devraient normalement être rémunérés par leur mandataire, le joueur.

Le texte propose aussi l’impossibilité pour une personne morale d’obtenir une licence d’agent, le renforcement des incompatibilités pour éviter la collusion entre agents et autres acteurs du sport, l’encadrement de l’activité des agents étrangers et l’interdiction de rémunération pour un agent sur tout contrat d’un joueur mineur.

Il renforce les sanctions en cas d’infraction: deux ans de prison et 30.000 euros d’amende.

Toutefois la proposition de loi ne se penche pas sur la gestion des clubs et des transferts dans le football.

“C’est une question qui dépasse celle des agents (…) nous avons une direction nationale du contrôle de gestion (DNCG) qui fait qu’on ne peut dépenser plus que ce que nous avons en caisse” a noté Mme Yade, soulignant que sur ce point “l’idéal serait une DNCG européenne”.

La secrétaire d’Etat a assuré qu’elle défendrait auprès de ses homologues européens, lors de réunions en avril et mai, l’idée de “fair-play financier” portée par le président de l’Union européenne de football (UEFA) Michel Platini.

Le principe général du fair-play financier, avalisé par le comité exécutif de l’UEFA en septembre, veut qu’un club ne puisse dépenser plus d’argent qu’il n’en génère pour figurer dans les compétitions européennes.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related