Subscribe

La Halde dans la tourmente

La Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l’égalité (Halde) est en pleine tourmente, la Cour des comptes éreintant la gestion de son ancien président Louis Schweitzer, tandis que sa successeur Jeannette Bougrab a déposé plainte pour menaces de mort.

M. Schweitzer, qui a quitté l’institution en janvier après l’avoir dirigée pendant cinq ans, se voit reprocher par la Cour des comptes une “absence de contrôle”, des “marchés à la limite de la légalité” et une “opacité dans les opérations financières”, selon un rapport dévoilé vendredi par l’hebdomadaire Marianne. La Halde, créée en décembre 2004 mais désormais menacée d’absorption par le Défenseur des droits malgré sa notoriété acquise, est dotée d’un budget de 11,9 millions d’euros et emploie près de 90 personnes. Elle a reçu plus de 10.700 plaintes en 2009 contre moins de 1.500 en 2006.

Avec une dépense de 6,2 millions d’euros, la communication est le principal “point noir” relevé par la Cour des comptes qui a examiné la gestion de la Halde entre 2005 et 2009, selon Marianne. La juridiction a aussi mis en évidence des conflits d’intérêts impliquant des membres du collège exécutif de la Halde et dénoncé le loyer annuel de 1.831.952 euros versés pour le siège de 2.304 m2 du 11 rue Saint-Georges (IXe), soit 795 euros le m2 contre 308 dans la rue voisine. Ce loyer était déjà dans le collimateur des députés qui ont rogné les crédits prévus dans le budget 2010 pour la Halde, passé de 12,9 millions d’euros à 11,9.

Soucieuse d’en obtenir une réduction, sa nouvelle présidente, Jeannette Bougrab, a déclaré vendredi avoir engagé des négociations en ce sens avec le groupe immobilier Unibail, lequel s’est montré “féroce” en ne proposant qu’une “baisse insuffisante”, selon elle. Réagissant aux révélations de Marianne, la Cour des comptes a voulu en atténuer les implications. Elle a affirmé dans un communiqué de “mise au point” que son “relevé d’observations” était provisoire et qu’elle l’avait adressé “aux autorités compétentes dans le cadre normal de la procédure de contradiction” avant d’arrêter ses “observations définitives”.
Mais déjà, l’UMP a demandé “instamment” à M. Schweitzer de s’expliquer parce que “la structure dont il avait la présidence se doit d’être une référence et par conséquent être exemplaire en matière de fonctionnement”. A ce stade, Jeannette Bougrab, elle-même ancienne secrétaire nationale à l’UMP, n’a pas souhaité faire de commentaire. “Au nom du respect du principe du contradictoire, il faut attendre la prise en compte des réponses qui ont été apportées par Louis Schweitzer à la Cour des comptes avant de pouvoir se prononcer”, a-t-elle répondu sur la radio BFM. Sollicitée par l’AFP, la présidente de la Halde n’a pas donné suite.
Quelques mois après son arrivée à la tête d’une institution qu’elle a juré de sauver en se battant “comme une tigresse”, la juriste de 37 ans sait aussi qu’elle sera jugée sur sa gestion. Le mois dernier, elle a porté plainte en diffamation contre Le Canard enchaîné qui l’a accusée d’avoir fait voter début mai une délibération visant à doubler son indemnité mensuelle de 6.000 euros. Une accusation qui lui a valu des menaces de mort, a-t-elle affirmé. Selon une source judicaire, elle a déposé une plainte contre X pour “menaces de mort” qui n’a pas donné lieu à l’ouverture d’une information judiciaire. “Quand il y a un papier dans un journal qui suscite une telle haine à l’égard d’une personne et que vous recevez à la Halde des courriers de menaces de mort et de menaces de propos racistes, j’en ai un peu assez de cela”, a déploré Mme Bougrab, fille de harki.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related