Subscribe

La législative des Yvelines met à l’épreuve tous les partis

Coup de semonce pour le PS, avertissement à l’UMP, liesse des Verts devancés de 5 voix seulement en terre droitière: la législative partielle des Yvelines met, à six mois des régionales, tous les partis à l’épreuve, sans pour autant constituer un test national.

La victoire d’un cheveu de l’UMP Jean-Frédéric Poisson, suppléant de Christine Boutin dans la circonscription de Rambouillet, où l’ex-ministre du Logement frôlait les 60% depuis vingt ans, a renforcé chez les écologistes l’espoir d’une recomposition du paysage politique.

“Les temps changent politiquement, voilà une bonne nouvelle et un grand motif de satisfaction. Cette élection a démontré notre capacité de rassemblement, de la gauche au MoDem, face au gouvernement”, affirme à l’AFP Cécile Duflot, la secrétaire nationale des Verts.

Un signal envoyé au PS que la future liste autonome des écologistes pour les élections régionales en Ile-de-France place dans un embarras croissant, comme l’a reconnu un collaborateur du président sortant, Jean-Paul-Huchon: “maintenant les Verts vont nous enquiquiner”.

Après son court échec à Rambouillet, Anny Poursinoff (Verts), qui avait créé la surprise en devançant le PS au premier tour, a salué “une belle leçon” à “prendre en exemple”.

Les socialistes sous la menace verte ? C’est la leçon que veut retenir l’UMP, dont le porte-parole adjoint Dominique Paillé prédit un “effondrement total” en Ile-de-France, où leur liste (13,57%) avait déjà été devancée par Europe Ecologie (20,87%) aux européennes.

“Désormais, ce sont les Verts qui récupèrent les déçus de la droite”, renchérit auprès de l’AFP un membre de la campagne de Valérie Pecresse, chef de file UMP dans la région, en relativisant toutefois cet “épiphénomène” yvelinois.

“Poisson avait cru que c’était gagné d’avance et n’a pas fait campagne, alors que Poursinoff laboure le terrain depuis des années”, observe-t-il, en prônant la mobilisation en vue des régionales. “Nous avons intérêt, dit-il, à mobiliser à mort notre électorat et nous présenter comme challenger”.

Le PS cherche aussi à minorer la portée de cette législative, dont il souligne la faible participation (moins de 26%).

“On ne peut pas en tirer d’enseignement. Sur le long terme, la gauche progresse”, assure à l’AFP Christophe Borgel, secrétaire national chargé des élections, ajoutant que ce scrutin montre “surtout le problème de réserves” à droite.

“L’UMP continue d’avoir des problèmes en terme de reports de voix. Le cas des Yvelines a montré les limites de l’effet d’entraînement sur lequel comptent ses stratèges”, confirme à l’AFP Jérôme Fourquet, politologue à l’Ifop, pour qui le PS “pâtit d’abord de sa division”.

Depuis les européennes, la gauche a conservé trois villes et en a remporté quatre, dont Carcassone et Briançon, ainsi que plusieurs cantons. Un résultat qui compense la perte du conseil général du Val d’Oise, passé à droite après sa victoire dimanche à Argenteuil.

“Il faut rester prudent sur l’embellie des Verts. Malgré la suprise des Yvelines, ils ont du mal à rééditer les résultats des européennes”, signale le politologue.

A la municipale de Corbeilles (Essonne), le score des écologistes (moins de 8%) a été divisé par deux par rapport à Europe Ecologie, même si la gauche apparaît en ballotage favorable (51%) pour mettre fin à l’ère Dassault.

Quant au soutien du MoDem, il pourrait aussi s’avérer à “double tranchant” pour les Verts, remarque M. Fourquet, car leurs électorats sont “extrêmement poreux”. Le scénario de Rambouillet “valide la démarche” du MoDem, a voulu retenir sa numéro 2 Marielle de Sarnez.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related