Subscribe

“La loi américaine protège les discours haineux”

La liberté d’expression et la laïcité sont deux concepts vécus et régis de manière très différente entre les Etats-Unis et la France. Marc DeGirolami, directeur du Centre pour le droit et la religion de l’université St John’s compare l’approche des deux pays suite aux caricatures de Mahomet dans Charlie Hebdo et au film américain anti-islam.

France-Amérique : Un titre de presse américain pourrait-il publier des caricatures de Mahomet similaires à celles de Charlie Hebdo ?

Marc DeGirolami : D’un point de vue légal, cela ne poserait aucun problème. Le gouvernement n’aurait eu aucun mot à dire. Les journaux américains auraient tout à fait pu publier les caricatures telles quelles de Charlie Hebdo. Bien sûr, des groupuscules ou des associations seraient montés au créneau pour dénoncer ces dessins. Il y aurait eu une polémique. Mais contrairement à ce qui se passe actuellement en France, il n’y aurait pas eu de poursuite judiciaire. La France a une loi qui condamne l’insulte, notamment d’une religion. Nous n’avons rien de tout cela aux Etats-Unis. Personne ne peut être poursuivi en justice pour un discours offensant ou insultant.

L’incitation à la haine est donc tolérée aux Etats-Unis ?

Dans une certaine mesure, oui. La loi américaine protège les discours haineux. Rien n’interdit par exemple à un groupe de se réunir pour affirmer la supériorité de la race aryenne ou l’infériorité de la race noire. Le Free speech les protège. Avec une exception néanmoins, dans le cas où il y a incitation à la violence. Si le discours est réalisé avec la volonté de susciter une réaction violente, la justice peut intervenir. Encore faut-il prouver qu’il y a eu des comportements brutaux suite à cette réunion.

A ce titre, le réalisateur du film anti-islam peut-il être condamné aux Etats-Unis ?

Absolument pas. Ça ne rentre pas dans la catégorie de l’incitation à la violence. Les producteurs n’ont pas réalisé ce film comme un appel aux meurtres des musulmans. Ils ont voulu provoquer, et ils ont réussi. Ils cherchaient avant tout à susciter un ressentiment anti-islam. Rien ne leur interdit. Les seules violences qu’ils ont suscitées étaient dirigées contre eux, pas contre les musulmans.

Il est intéressant de constater que de nombreux Français pensent que les Américains ont un comportement anti-musulmans. Dans le même sens, les Américains voient la France comme un pays raciste suite aux lois interdisant le port de signes religieux à l’école ou de la burqa. Comment expliquer cette différence de perception ?

Je vois en réalité beaucoup de similarités entre la France et les Etats-Unis. Les deux pays essaient de trouver un équilibre entre le respect des religions et celui de l’identité nationale. S’il y a des divergences, elles sont dues aux différents sens que les deux pays donnent à la séparation de l’Eglise et de l’Etat. Aux Etats-Unis, on part du principe que tout individu est libre dans l’exercice de sa religion, même à l’école. Enlever les symboles religieux des écoles américaines irait à l’encontre de la constitution. En France, l’éducation civique est quelque chose de très important dans lequel on ne veut pas voir interférer la religion. Néanmoins on s’aperçoit que les Etats-Unis sont en train de prendre depuis peu exemple sur la France, sur la protection de l’identité nationale par exemple. Il y a aussi de nombreux Américains qui se sont élevés contre la mosquée près de Ground Zero. Au final, l’édifice va bien sûr être construit car il n’y a aucun débat possible d’un point de vue légal. Mais cet type d’événement montre que les Etats-Unis sont en train de faire face à ce problème de l’identité nationale. C’est déjà le cas en France car la démographie est très différente avec une population musulmane bien plus importante proportionnellement.

Quelles différences observez-vous entre la laïcité en France et au Etats-Unis ?

La laïcité en France est un consensus à la fois culturel et politique en France. Aux Etats-Unis c’est notre gouvernement qui est laïc. Il n’est pas théocratique et nos lois ne se construisent pas sur des textes religieux. Lorsque le président de la République jure sur la Bible ou finit son discours par God Bless America, les Américains ne voient pas du tout ça comme une atteinte à la laïcité. Car il s’agit tout simplement d’un héritage historique et culturel. On appelle ça de la religion civile aux Etats-Unis. De l’autre côté, l’Etat français donne de l’argent aux écoles catholiques, ce que les Etats-Unis ne font pas, et personne n’estime qu’il s’agit d’une menace pour la laïcité. De même, le président français est le dernier au monde à encore nommer des évêques (ceux de Strasbourg et de Metz). Pour autant, ça ne fait pas de la France un pays moins laïc que les Etats-Unis. Il s’agit avant tout d’une tradition, d’un héritage du passé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Tous bêtes et méchantsTous bêtes et méchants EDITO. L'attentat contre Charlie Hebdo à Paris coïncide avec l'ouverture à Boston du procès du terroriste qui, en avril 2013, fit exploser une bombe à l'arrivée du Marathon, tuant et […] Posted in Opinion
  • La liberté de la presse a t-elle ses limites ?La liberté de la presse a t-elle ses limites ? La presse française peut-elle tout dire ? Elle peut en tout cas aller très loin, forte d'un arsenal juridique qui lui garantit un vaste champ d'expression, en dehors de pare-feux […] Posted in Opinion