Subscribe

La lutte contre le traité transatlantique au coeur de la campagne du Front de gauche

La lutte contre l’accord de libre-échange transatlantique (TTIP), négocié actuellement entre l’UE et les Etats-Unis, sera au coeur de la campagne du Front de Gauche pour les élections européennes, a indiqué Jean-Luc Mélenchon mardi à Bruxelles.

“Nous considérons que le vote du 25 mai sera une sorte de référendum pour ou contre le TTIP”, a confié M. Mélenchon, en marge d’une réunion au Parlement européen avec d’autres opposants à ce projet, dont l’eurodéputé irlandais Paul Murphy et des représentants des Amis de la Terre ou de la Confédération paysanne. Les élections européennes constitueront “l’occasion ou jamais de faire connaître le contenu de cet accord” aux citoyens, a dit l’eurodéputé français. “Les électeurs pourront ainsi savoir s’ils choisissent des eurodéputés qui voteront oui ou non à cet accord”, a-t-il ajouté.

L’accord transatlantique de commerce et d’investissement est au menu du sommet UE/Etats-Unis prévu mercredi à Bruxelles avec le président américain Barack Obama. Selon le commissaire européen chargé du Commerce, Karel De Gucht, le TTIP est censé faire bondir la croissance en Europe. Mais les détracteurs du TTIP ne sont pas de cet avis et craignent que l’accord impose des normes sanitaires, environnementales et sociales qui seraient davantage au service des entreprises que des Etats et des citoyens.

M. Mélenchon a dénoncé en particulier l’instauration, prévue par le traité, de tribunaux d’arbitrage – des juridictions de droit privé – appelés à trancher les différends entre Etats et multinationales. “Or, a fait remarquer M. Mélenchon, dans 98% des cas ces tribunaux tranchent en faveur des entreprises au détriment des Etats”. “La capacité d’appel des peuples face à ces tribunaux est nulle”, a-t-il déploré.

Ce mécanisme permet aux entreprises d’obtenir réparation, notamment en cas d’expropriation et en contournant les tribunaux locaux quand leur impartialité est en doute, a expliqué le co-président du Parti de Gauche. “Ces compensations ou réparations peuvent ruiner un pays”, a-t-il mis en garde, en citant le cas du pétrolier Chevron, poursuivi en Equateur par des Indiens et des agriculteurs pour avoir pollué l’eau, mais qui a refusé de payer l’amende infligée par la justice équatorienne et a au contraire porté l’affaire devant la Cour permanente d’arbitrage à La Haye. “Chevron demande à Quito 13 milliards de dollars, ce qui excède les capacités de l’État équatorien”, s’est indigné M. Mélenchon. “Les tribunaux d’arbitrage, c’est la dépossession absolue de la souveraineté populaire”, a insisté l’eurodéputé de la gauche radicale.

Il compte sur les européennes pour lancer “une vaste campagne de sensibilisation” sur cette question. Le Parlement européen devra se prononcer in fine sur le TTIP. “Alors, si vous votez, ça vaut la peine d’y aller car, avec nous, vous voterez pour des gens qui diront non à ce traité”, a-t-il affirmé.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related