Subscribe

La Maison Blanche condamne la fusée nord-coréenne

La communauté internationale, à l’exception de la Chine, muette, a condamné le lancement vendredi d’une fusée nord-coréenne, qualifié de “provocation” par Washington et Tokyo, en infraction des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU qui devait se réunir en urgence.

La Corée du Nord a lancé une fusée qui s’est désintégrée en vol et abîmée en mer peu après son décollage, estimé à 07H39 (jeudi 22H39 GMT) par les Etats-Unis et la Corée du Sud. Pyongyang a confirmé l’échec de sa mission quelques heures plus tard. Les Etats-Unis estiment qu’il s’agit en réalité d’un missile balistique intercontinental d’une portée de 6.000 à 9.000 kilomètres, selon le Commandement de la défense aérienne nord-américain (Norad).

Les réactions ont été promptes et unanimes à condamner ce tir qui enfreint, selon Washington, les résolutions de l’ONU de 2006 et 2009 interdisant à la Corée du Nord “tout essai nucléaire ou tir recourant à la technologie des missiles balistiques”. Après l’échec du tir, la Maison Blanche a condamné “une provocation qui menace la sécurité régionale, viole la loi internationale et contredit (les) engagements récents” du pays. “La Corée du Nord ne fait que s’isoler davantage en se lançant dans des actes de provocation, et gaspille son argent en armes et en propagande pendant que les Nord-Coréens ont de plus en plus faim”, a déclaré le porte-parole de la présidence américaine, Jay Carney.

“Le président (Barack Obama) a dit clairement qu’il était prêt à des relations constructives avec la Corée du Nord. Toutefois, il a aussi insisté sur la nécessité pour la Corée du Nord de respecter ses engagements, de suivre ses obligations internationales et d’entretenir des relations pacifiques avec ses voisins”, a poursuivi le porte-parole. Il a aussi assuré que “le développement de longue date de missiles et d’armes nucléaires par la Corée du Nord ne lui ont pas apporté la sécurité, et ce ne sera jamais le cas”.

Réunis à Washington, les ministres des Affaires étrangères du G8 (Allemagne, Canada, Etats-Unis, France, Grande-Bretagne, Italie, Japon, Russie) ont publié un communiqué dans lequel ils estiment que le lancement de la fusée nord-coréenne “sape la paix et la stabilité dans la région”. “Nous sommes prêts à envisager, avec d’autres pays, des mesures qui répondent à tout agissement de la République populaire démocratique de Corée qui viole les résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU et nous appelons le Conseil de sécurité des Nations unies à fournir une réponse appropriée”, ont-ils dit.

La Corée du Sud, toujours en conflit avec son voisin du Nord depuis la fin de la guerre de Corée (1950-53), a dénoncé “une provocation qui menace la paix et la sécurité de la péninsule coréenne et de l’Asie du Nord-Est”. Craignant un essai nucléaire imminent – Pyongyang avait procédé à un essai dans la foulée de son dernier tir de fusée en 2009 -, le Sud a indiqué rester attentif à toute “nouvelle provocation”.

Le Japon a également dénoncé une “grave provocation” de Pyongyang violant des résolutions de l’ONU. “Même si c’est un échec, c’est une grave provocation de notre pays et des autres pays, qui viole les résolutions 1695, 1718 et 1874 de l’ONU. Nous avons émis une protestation vigoureuse par les canaux diplomatiques”, a expliqué le porte-parole du gouvernement nippon, Osamu Fujimura.

La Chine restait quant à elle muette. Ce silence assourdissant traduit le profond embarras du seul allié de la Corée du Nord qui avait timidement appelé les parties “à la retenue” avant le tir. Dès l’annonce de l’envoi du lanceur dans l’espace, l’agence officielle Chine nouvelle a publié de nombreux flashes en provenance de ses bureaux de Séoul, de Tokyo ou de Washington, mais pas un seul commentaire officiel chinois.

Assurant entretenir de “bonnes relations” avec Pyongyang, l’Indonésie s’est déclarée “déçue” par le tir de la fusée tout en appelant “à la diplomatie et au dialogue”. Selon un diplomate onusien, le Conseil de sécurité de l’ONU doit se réunir en urgence vendredi pour discuter de la Corée du Nord.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related