Subscribe

La marée noire tient toujours en joue la Louisiane

Alors que la météo commence à s’améliorer au sud-est de la Louisiane, plusieurs questions se posent sur l’aspect de la nappe et sur le moment où elle touchera les côtes.

Les habitants de Venice ont vaqué lundi à leurs occupations en attendant l’impact de la marée noire. Alors qu’au moins 800 000 litres de pétrole continuent à se propager chaque jour dans le golfe du Mexique, le mauvais temps a une nouvelle fois freiné hier matin les opérations de nettoyage. La météo s’est néanmoins améliorée dans l’après-midi et a permis leur redémarrage progressif .

Lors d’une conférence de presse organisée à Venice lundi matin,  les gardes-côtes ont indiqué qu’il s’apprêtaient à envoyer quatre navires équipés de système de dispersion du pétrole. « Les bateaux ne sont pas encore là », a affirmé hier Curtis Ainsley, un responsable des gardes-côtes. « Mais dès qu’ils arriveront et que la mère se calmera, nous pourrons les déployer ». Près de 200 bateaux se trouvent par ailleurs aux abords de la nappe, des dizaines de kilomètres de barrages flottants ont été déployés et près de quatre millions de litres d’eau et de pétrole ont été récupérés, a indiqué un communiqué du gouvernement américain.

Le mauvais temps semble avoir eu une conséquence positive. « L’énergie des vagues brise la nappe », a expliqué David Wesley, un employé du département américain de protection des océans. Ce dernier a aussi souligné  que la nappe de pétrole qui mesure 220 kilomètres de long et 110 de large, n’est pas homogène. Les services météo américains projettent qu’elle va se déplacer mardi vers l’est et annoncent une amélioration des conditions atmosphériques. « Les vents (ndlr, qui ont entravé les opérations de nettoyage du pétrole) vont rester légers jusqu’à vendredi », a expliqué à l’agence Reuters, Shawn O’Neil, un météorologue basé à La Nouvelle-Orléans. « Ils (ndlr, les secours) vont avoir de bien meilleures conditions pour faire ce qu’ils ont à faire. »

BP, la compagnie pétrolière qui exploitait la plate-forme pétrolière accidentée dans le golfe du Mexique, a annoncé que la construction du « couvercle » de 70 tonnes était terminée. Cette structure pourrait être posée sur l’une des trois fuites d’ici le week-end. Sous la pression du gouvernement Obama, la compagnie britannique a également indiqué hier qu’elle paierait le nettoyage des dégâts causés par la marée noire et a débloqué 25 millions de dollars.

Tom MacKenzie, porte-parole du département américain de la faune et de la flore, met pour sa part en garde contre les risques liés au nettoyage du pétrole dans les marécages. « L’utilisation de produits chimiques peut être dangereuse pour les oiseaux », explique-t-il. « Si nous ne prenons pas beaucoup de précautions, mieux vaut parfois laisser le pétrole où il est. »

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related