Subscribe

La marine française ouvre ses portes sur la côte Ouest

Le Prairial, frégate de surveillance de la marine française d’habitude stationnée à Tahiti, sera de passage à San Francisco, Seattle et Honolulu. L’occasion de montrer aux Américains que la France reste une puissance navale bien implantée. Pendant trois jours, les habitants de San Francisco auront même la possibilité de visiter le navire. Entretien à bord du Prairial en escale à San Francisco avec le capitaine de frégate Renaud Bondil.

Pourquoi est-il encore important d’avoir une forte présence maritime ?
90 % des échanges mondiaux se font par la mer. La mer est un espace incontournable. Ce n’est pas une frontière entre les États, c’est ce qui relie les États. Les puissances importantes d’aujourd’hui comme celles de demain sont celles qui ont un rôle en mer, avec une marine pour pouvoir défendre leurs intérêts. La France a l’une des plus grandes présences maritimes autour de la Terre, avec des possessions dans trois océans.

Quelles sont les missions d’une frégate de surveillance comme Le Prairial ?

Une frégate de surveillance lutte contre tout type d’activités illégales en mer qui relèvent de l’action de l’État en mer. Il s’agit notamment de la lutte contre la pêche illégale, contre l’immigration clandestine, contre les trafics illicites en tout genre – drogues, matières dangereuses, etc. Notre deuxième mission, c’est la coopération avec tous nos alliés dans le Pacifique, au premier rang desquels les États-Unis d’Amérique, mais également tous les riverains du Pacifique. Nous sommes ici en soutien du corps diplomatique français mais aussi pour nous préparer à des actions militaires ou civilo-militaires communes. Cela peut être des actions humanitaires comme après un tsunami ou des évacuations de ressortissants.

Quelles opérations avez-vous mené avec Le Prairial ces dernières années ?
Nous n’avons pas effectué d’évacuation de ressortissants. La dernière opération de type humanitaire, c’était au Timor oriental, il y a une dizaine d’années. Sinon, nous avons fait du contrôle et de la saisie de bâtiments de pêche en actions illégales autour de l’îlot français de Clipperton. Pour le reste, ce sont des actions de surveillance et de présence, c’est-à-dire connaître le milieu dans lequel on évolue, savoir ce qui s’y passe et coopérer avec les autres.

Le Prairial reste un navire de la marine nationale, ce qui veut dire que vous êtes quand même armés. Dans quel type de situation ces armes pourraient être utilisées ?
Les bâtiments comme Le Prairial sont ce qu’on appelle des frégates de deuxième rang, qui n’ont pas vocation à être au contact direct contre d’autres bâtiments en cas de conflit. Notre rôle est de faire de la surveillance, de prévenir les crises. Si un conflit ouvert se déclarait, ce serait d’autres navires plus armés que nous qui interviendraient. En revanche, nous avons un système d’armes qui nous permet facilement d’intervenir contre des pêcheurs illégaux ou contre des trafiquants, même armés.

Sur quel type d’opérations coopérez-vous avec l’armée américaine ?
En repartant, nous allons travailler avec les coast guards américains, nous ferons un échange d’hélicoptère. Le nôtre ira à Alameda, et celui des coast guards viendra se poser à bord où ils feront des entraînements ensemble. Et nous ferons la même chose lors de notre escale à Seattle. À Hawaï, nous participerons à un très gros exercice organisé par les États-Unis qui s’appelle RimPac (ndlr, Rim of the Pacific exercise) avec notamment 3 porte-avions et 250 avions. C’est en s’entraînant comme cela que le jour où cela sera nécessaire, nous serons capables d’assurer une opération militaire ou civilo-militaire.

En quoi consiste ces journées portes ouvertes du Prairial ?
Le bateau sera ouvert au public le matin, avec un circuit à bord qui permet de visiter les principaux endroits du bateau : la passerelle où l’on conduit le bateau, le central opérations où l’on met en œuvre le canon et les missiles, l’hélicoptère visible de la salle des machines, les locaux où le personnel de bord vit et les extérieurs du bateau.

Infos pratiques :
Frégate de surveillance de la marine nationale française Le Prairial
Escale à San Francisco : du 25 au 31 mai – ouverture au public du 26 au 28 mai entre 9 h et 10 h 30
Escale à Seattle du 4 au 8 juin
Escale à Honolulu du 23 juin au 5 juillet

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related