Subscribe

La publication de la biographie de Noir Désir tourne à la polémique

La publication d’une biographie contenant des révélations sur la séparation du groupe de rock français Noir Désir suscite une polémique en France, en raison de propos prêtés à l’ex-batteur de la formation, accablants pour son chanteur Bertrand Cantat qui avait frappé mortellement sa compagne en 2003.

Ecrit par un ancien journaliste de l’hebdomadaire Les Inrockuptibles, Marc Besse, “Noir Désir, à l’envers, à l’endroit” (éd. Ring), retrace le parcours du groupe, depuis sa création dans les années 80 jusqu’à sa fin brutale en novembre 2010. Sept ans plus tôt, Noir Désir avait mis ses activités en sommeil, après l’arrestation à Vilnius de son leader Bertrand Cantat, qui avait frappé mortellement sa compagne, l’actrice Marie Trintignant. Condamné à huit ans de prison en Lituanie, Cantat avait été libéré en 2007.

Pour la partie la plus sensible de l’ouvrage, celle allant de 2003 à aujourd’hui, le journaliste n’a pas recueilli les confidences du chanteur mais s’appuie sur des entretiens réalisés avec des proches, sans toutefois préciser à quelle époque ils ont eu lieu. La principale révélation du livre, à paraître le 25 octobre, concerne les circonstances de la séparation du groupe, que l’auteur fait remonter à un dîner houleux entre les quatre membres de Noir Désir. Pour raconter cette soirée, il s’appuie sur le seul témoignage du batteur Denis Barthe, qu’il cite longuement.

“D’un coup, dans la discussion, Bertrand (Cantat) a complètement changé et s’est comporté comme une ordure. Il nous a dit de tout. Il s’est positionné comme une victime”, selon les propos attribués à Denis Barthe. “D’un coup, il était victime de tout. Vilnius, ce n’était pas de sa faute… Comme si Marie avait glissé sur une savonnette. Kristina (Rady, sa femme qui s’est suicidée début 2010), ce n’était pas de sa faute, elle était malheureuse, etc. Il nous a tous accusés d’avoir besoin de sa notoriété”, poursuit la citation. “Quand il a envie de rompre parce que la situation ne lui convient plus, il pousse les gens au bout de leurs limites pour que ce soient eux qui mettent fin à l’histoire et lui évitent de prendre ses responsabilités”, aurait ajouté le batteur.

Mais jeudi soir, Denis Barthe a affirmé “ne cautionner en rien les propos” qui lui sont prêtés. Dans un communiqué, il a indiqué n’avoir “en aucun cas participé à la rédaction de cette publication” et ajouté qu’il “n’a reçu aucune demande d’interview et, de fait, n’en a pas donné”. Le batteur indiquait aussi qu’il “se réserve le droit de donner toute suite qu’il jugera bon à cette déplorable affaire”.

Vendredi, Marc Besse a maintenu sa version, estimant avoir “respecté toute la vérité sur le groupe”. “Par intégrité envers Noir Désir et envers son public, j’ai cru, en mon âme et conscience, juste et cohérent avec ma démarche de révéler un off d’une rencontre avec lui datant du 3 mars 2011”, a-t-il écrit dans un communiqué. Un off, en langage journalistique, est un propos qui n’est pas destiné à être publié ou, en tout cas, sur lequel une personne ne souhaite pas être citée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related