Subscribe

La sélection de Cannes, sans précipitation

Le directeur du festival Gilles Jacob et le délégué général Thierry Frémaux ont enfin dévoilé mercredi les films sélectionnés et le jury qui les départagera du 14 au 23 mai prochain.

Avec un retard d’une semaine pour le moins inhabituel qui a mis sur les dents les acteurs de l’industrie et les journalistes, la sélection est finalement tombée mercredi. Manquent à l’appel un film-mystère français qui sera dévoilé plus tard, deux noms de personnalités dans le jury, et les films d’ouverture et de clôture.

Face au formatage des films, à l’offre pléthorique (plus de 1 700 films reçus cette année) et à la multiplication des festivals, les organisateurs ont opté cette année pour un choix plus strictement artistique.

De grands noms du cinéma mondial seront présents, parmi eux l’Allemand Wim Wenders, les Américains Clint Eastwood et Steven Soderbergh, le Canadien Atom Egoyan, le Brésilien Walter Salles et les Belges Jean-Luc et Pierre Dardenne. Après avoir décroché le Grand prix du jury avec Uzak en 2003, le Turc Nuri Bilge Ceylan revient avec Les trois singes. À leurs côtés, des réalisateurs émergents : le Philippin Brillante Mendoza, deux jeunes Argentins : Lucrecia Martel et Pablo Trapero. Absente l’an dernier, l’Italie a deux jeunes cinéastes dans la course à la Palme d’or: Matteo Garrone avec Gomorra et Paolo Sorrentino qui brosse le portrait de l’homme politique italien Giulio Andreotti dans Il Divo. Plus intrigant, Waltz with Bashir de l’Israélien Ari Folman est un "documentaire d’animation" qui plonge à Beyrouth-ouest lors des massacres de Sabra et Chatila en 1982.

Les films français sélectionnés jouent les valeurs sûres, avec Arnaud Despleschin, déjà present en compétition en 1992, 1996 et 2000, qui présentera Un conte de Noël, avec Catherine Deneuve et Mathieu Amalric, et La Frontière de l’aube, de Philippe Garrel qui en presque trente films, n’avait jamais été sélectionné en competition officielle. Un troisième film français doit être annoncé d’ici peu.

Hors compétition, Vicky Cristina Barcelona, le film de Woody Allen tourné en Espagne avec Penelope Cruz, Scarlett Johansson et Javier Bardem, et Steven Spielberg, avec Indiana Jones IV, se chargeront du glamour et des paillettes. Le documentaire d’Émir Kusturica sur Maradona sera projeté en séance de minuit hors compétition, tandis que Chelsea Hotel d’Abel Ferrara, ainsi qu’un biopic controversé sur Roman Polanski, seront présentés hors compétition également en séance spéciale. Le journaliste Daniel Leconte présentera dans la catégorie Un certain regard C’est dur d’être aimé par des cons, documentaire qui relate le procès intenté à l’hebdomadaire satirique français Charlie Hebdo par des organisations islamiques après la publication de caricatures de Mahomet.

Le jury, présidé par Sean Penn, sera composé de l’Italien Sergio Castellito, acteur dans Le Grand bleu notamment, mais aussi réalisateur et scénariste, l’actrice américaine Natalie Portman (Star Wars I – II –III), le réalisateur mexicain Alfonso Cuaron (Harry Potter III), le réalisateur thaïlandais Apichatpong Weerasethakul, l’actrice allemande Maria Lara, et le réalisateur français Rachid Bouchareb (Indigènes). Le jury de la caméra d’or sera présidé par le réalisateur français Bruno Dumont (Flandres).

Une programmation resserrée donc de 19 films en compétition officielle (qui sera portée à 20 avec le film français qui viendra la compléter). Huit premiers films concourront pour la caméra d’or, dont 1 seul – celui de l’Américain Charlie Kaufman – en compétition officielle, auxquels il faudra ajouter les premiers films présentés à la Quinzaine des réalisateurs, dont la sélection n’a pas encore été annoncée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related