Subscribe

La tension monte en Haïti en pleine crise politique

Une dizaine de personnes ont été arrêtées vendredi dans la capitale haïtienne Port-au-Prince après des affrontements, au moment où une médiation internationale recommande l’exclusion du candidat du pouvoir, Jude Célestin, du second tour de la présidentielle.

Des témoins ont fait état de tirs et de barricades dans la nuit de jeudi à vendredi dans la capitale où le calme semblait revenu dans la matinée. Mais les rues restaient jonchées de nombreux pneus carbonisés. Des habitants ont mis les violences de la nuit sur le compte de bandes d’émeutiers. “La situation est sous contrôle”, a déclaré un policier à l’AFP.

“Nous avons arrêté une dizaine de personnes”, a annoncé le porte-parole de la police nationale, Gary Desrosiers, aux radios haïtiennes, sans préciser qui était à l’origine des troubles. Il a ajouté que deux véhicules avaient été confisqués. Les radios et des habitants ont annoncé une manifestation pour 10H00 locales dans le centre de la capitale.

Ces incidents surviennent au lendemain de la remise, au gouvernement du président sortant René Préval, d’un rapport très attendu de l’Organisation des Etats américains (OEA) sur le premier tour contesté de l’élection présidentielle haïtienne du 28 novembre.

Selon une copie du rapport vue par l’AFP, les experts recommandent d’écarter le candidat du pouvoir Jude Célestin, arrivé en deuxième position à l’issue du premier tour, au profit du chanteur populaire Michel Martelly. L’annonce début décembre des résultats préliminaires par le Conseil électoral provisoire avait provoqué des manifestations violentes de partisans de M. Martelly qui avaient dénoncé des fraudes massives en faveur de M. Célestin.

Pour tenter de ramener le calme, le président Préval avait demandé à l’OEA, considérée comme une arbitre impartiale, d’évaluer le processus électoral. Les autorités haïtiennes n’ont pas encore réagi aux conclusions du rapport dont elles ont retardé la remise toute la semaine, invoquant la commémoration mercredi du premier anniversaire du tremblement de terre du 12 janvier 2010, qui a dévasté le pays.

Selon les résultats du premier tour, une ancienne Première dame, Mirlande Manigat, qui prône le retrait du pays des troupes de l’ONU et la lutte contre la corruption, est arrivée en tête avec 32% des voix. Jude Célestin est arrivé deuxième avec 22% des voix, soit à peine 7.000 de plus que Michel Martelly, mieux connu sous son nom d’artiste de “Sweet Micky”. Le deuxième tour du scrutin qui devait avoir lieu dimanche 16 janvier n’a aucune chance de se tenir à la date prévue.

En début de semaine, René Préval avait indiqué qu’il ne pourrait pas quitter le pouvoir comme prévu “le 7 février parce qu’il n’y aura pas un président élu” pour le remplacer. Pendant ce temps, le choléra continuait à se répandre dans le pays le plus pauvre des Amériques, avec un dernier bilan de 3.790 morts et plus de 100.000 hospitalisations, selon le ministère de la Santé.

Related