Subscribe

La Tour Eiffel termine en beauté son 120e anniversaire

Sous une pluie fine, la Tour Eiffel s’est parée de ses plus beaux atours de lumières jeudi soir pour douze minutes d’un spectacle qui se répètera quatre fois par soir jusqu’au 31 décembre en clôture de son 120e anniversaire.

S’allumant progressivement de la base au sommet qui culmine à 325 mètres, comme une guirlande blanche scintillante, la Tour en a ensuite vu de toutes les couleurs côté Seine et Trocadéro.

Elle s’est parée de tricolore, de violet et de vert, de turquoise, bleu vif ou parme, une jambe bleu cobalt et l’autre rouge, découpant sa silhouette élancée connue à travers le monde. Clignotements, flashs et nuances changeantes des flux de lumière ont arrêté badauds et touristes sur l’esplanade du Trocadéro.

“On dirait les scoubidous qu’on faisait quand on était mômes” s’étonnait une dame venue de Bordeaux. Le vendeur de gaufres et crêpes, Jonathan, se frottait les mains : “C’est bon pour les affaires”.

Les vendeurs à la sauvette africains en revanche avaient du mal à placer leurs tours miniatures.

Tous les soirs la façade du monument pohare de Paris, côté Seine et Trocadéro, s’animera à 20H00, 21H00, 22H00 et 23H00, grâce à plus de 400 projecteurs à diodes électroluminescentes (LED) dernière génération.

La Société d’exploitation de la Tour Eiffel (SETE) veut ainsi donner “un rendez-vous” à son public. La Tour est le monument payant le plus visité au monde avec 6.930.000 visiteurs en 2008.

Le spectacle conçu par Bernard Schmitt et Jacques Rouveyrollis commence après le scintillement habituel.

Les projecteurs installés sur les structures de l’édifice font ressortir l’architecture avec pluie de lumière sur les croisillons, découpages par strates et facettes, effets stroboscopiques, éclairages dégradés du sol au sommet.

Durant le spectacle réalisé par Citelum avec Magnum, l’éclairage des autres faces varie et des projections d’images animent le parvis.

L’installation de projecteurs qui consomment environ trois fois moins d’électricité que ceux utilisés pour l’éclairage doré classique a duré un mois. Ils s’allument immédiatement, sans temps de chauffe, et sont programmables à distance depuis une console.

Le soir de l’inauguration de la Tour, pour l’exposition universelle, le 31 mars 1889, 10.000 becs de gaz avaient été allumés ainsi que deux projecteurs éclairant les monuments de Paris depuis son sommet.

En 1900, l’éclairage était devenu électrique.

Depuis, la Tour et la lumière n’ont cessé de faire alliance : nouvel éclairage au 31 décembre 1985, scintillement lors du passage à l’an 2000, habillage rouge pour le Nouvel An chinois (janvier 2004), couleurs de l’Europe du 30 juin au 31 décembre 2008 ou rouge et blanc, couleurs de la Turquie, du 6 au 11 octobre 2009.

La “Tour unique” est alimentée en électricité par EDF en 20.000 volts et la consommation globale annuelle d’énergie a été de moins de 7 GWh en 2008.

La SETE, société d’économie mixte de la Ville de Paris, propriétaire de la Tour (terrain et monument), a engagé de nombreuses mesures d’économie d’énergie dont le changement, en 2005, des lampes de l’illumination permettant une réduction de 30 % de consommation d’énergie, et une diminution de la durée du scintillement de 10 à 5 minutes, au début de chaque heure.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Paris Plages change de look pour sa huitième éditionParis Plages change de look pour sa huitième édition Nouvelle édition, nouveaux atours : pour sa 8ème édition du 20 juillet au 20 août, l'opération gratuite Paris Plages change d'esthétique et renouvelle son mobilier sur le site de la voie […] Posted in Society
  • L’art du rire pour les nulsL’art du rire pour les nuls Etre Belge quand on parle d’humour, c’est déjà un bon point. Avec L’Art du rire, Jos Houben décortique la mécanique comique du rire, à la manière d’un anthropologue qui aurait mangé du […] Posted in Culture