Subscribe

L’Américain Art Spiegelman couronné au festival d’Angoulême

Le jury du 38e Festival international de la bande dessinée d’Angoulême a décerné dimanche son Grand Prix à l’Américain Art Spiegelman, père du mythique “Maus”, qui lui valut en 1992 le seul prix Pulitzer attribué à une BD, et traitait de la Shoah à travers les souvenirs de survivants.

C’est le seul artiste américain à jamais avoir été couronné à Angoulême avec Robert Crumb en 1999. Très applaudi, le Grand Prix a été révélé lors de la cérémonie de clôture, en présence du ministre de la Culture Frédéric Mitterrand qui avait remis un peu plus tôt au scénariste belge Jean Van Hamme les insignes de commandeur des Arts et Lettres.

Chronique douloureuse de la Shoah

Figure phare de la bande dessinée underground américaine des années 70-80, Art Spiegelman, né en 1948 à Stockholm, a bouleversé le paysage de la BD en publiant au milieu des années 1980 “Maus”, chronique douloureuse de la Shoah, traduite en une vingtaine de langues. Les Allemands y sont représentés en chats et les victimes de l’Holocauste en souris.

Le sexagénaire vit à New York avec sa femme, la Française Françoise Mouly, directrice artistique de l’hebdomadaire New Yorker pour lequel il avait réalisé la couverture du numéro du 24 septembre 2001, le premier suivant le 11-Septembre, resté l’un des dessins politiques les plus forts de la décennie.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related