Subscribe

L’amour à bout de souffle de Michael Haneke

Deux ans après Le Ruban blanc, Palme d’or en 2010, Michael Haneke signe avec Amour un film plus tendre qu’à l’accoutumée. Et rafle une deuxième fois la Palme ! Cette fois, le cinéaste autrichien s’attache à l’histoire d’un couple qui s’aime malgré le temps qui passe, la vieillesse et la maladie.

Georges (Jean-Louis Trintignant) et son épouse Anne (Emmanuelle Riva) forment un couple fusionnel. Anciens professeurs de piano, ils partagent un amour immodéré pour les bagatelles de Schubert, lisent des ouvrages sur Harnoncourt et sortent en couple au théâtre des Champs-Elysées. Bons vivants, ils boivent volontiers une dernière coupette avant d’aller se coucher dans leur appartement cosy et bourgeois, à l’image de leur couple. Mais un matin, Anne a une attaque : c’est le début du déclin et de la mise à l’épreuve de leur relation.

En fin sociologue de l’humanité dans ce qu’elle peut avoir de plus sordide, Michael Haneke suit la déchéance du corps d’Anne. Ses membres se paralysent, la souffrance physique et morale la ronge, son élocution est de plus en plus incertaine. Mais Michael Haneke entrecoupe ces passages difficiles de scènes beaucoup plus douces, de tendresse. Voire d’humour, comme lorsque Georges fait le compte rendu à Anne de l’enterrement épouvantable d’un ami auquel il vient d’assister. L’hilarité du couple provoquée par le récit du discours grotesque et gênant de l’enterrement désamorce un instant la peur de la mort.

La finesse de Michael Haneke est d’avoir placé cette nécessité vitale du sentiment amoureux au-delà des problématiques éthiques ou idéologiques comme le débat sur la fin de vie. Aussi est-on presque soulagé lorsque Georges envoie froidement sur les roses sa fille (Isabelle Huppert) lui soumettant l’idée de placer Anne dans un cadre médical spécialisé. Plus qu’un film clinique sur la mort, le cinéaste offre le spectacle d’un amour qui avance main dans la main avec dignité. Jusqu’au bout de la nuit.


Amour de Michael Haneke avec Isabelle Huppert (Eva), Emmanuelle Riva (Anne) et Jean-Louis Trintignant (Georges). Durée : 127 min. Sortie le 19 décembre à New York et Los Angeles, suivi d’une sortie dans le reste des Etats-Unis.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related