Subscribe

Lance Armstrong rejoint son ancien mentor pour le Tour 2009

L’Américain Lance Armstrong a annoncé mercredi à New York qu’il allait participer au Tour de France cycliste en 2009 dans l’équipe Astana dirigée par le Belge Johan Bruyneel, son ancien directeur sportif chez US Postal et Discovery Channel. Eric Boyer, manager de Cofidis, réagit.

 

Lance Armstrong avait surpris tout le monde, en annonçant sur son site internet, le 9 septembre dernier son intention de reprendre la compétition. Et pas dans n’importe quelle condition. Pour gagner des courses, et si possible, la plus belle, celle qu’il a déjà inscrite sept fois à son palmarès, le Tour de France. Le directeur de l’épreuve, Christian Prudhomme avait réagi alors froidement à la nouvelle, rappelant dans le quotidien sportif francais l’Équipe que « des suspicions avaient accompagné ses victoires en 1999. » Une déclaration faite alors que le champion américain n’avait pas encore révélé le nom de la formation pour laquelle il comptait rouler, Astana.

« C’est vrai que cette situation va compliquer le travail de Christian Prudhomme », déclare Eric Boyer, manager de l’équipe française Cofidis et président de l’Association internationale des groupes cyclistes professionnels (AIGCP), joint au téléphone par France-Amérique. « D’autant plus qu’Astana devrait être au départ du Tour de France 2009, puisque les organisateurs avaient promis qu’ils accepteraient cette équipe si ses dirigeants et coureurs faisaient preuve de plus de transparence dans leur volonté de lutter contre le dopage. »
La formation kazakh à la réputation sulfureuse est aussi une équipe au palmarès enviable puisque son leader Alberto Contador a remporté cette année le Tour d’Italie et le Tour d’Espagne.

Le coureur espagnol, dont le contrat expire en 2010 avait laissé entendre dès mardi que la cohabitation pourrait s’avérer difficile. De son côté, Lance Armstrong a affirmé mercredi à New York qu’il voulait être « aussi prêt que possible». « Je ne sais pas si cela suffira pour gagner», a-t-il poursuivi. «En 2001 je pouvais dire, oui, je vais gagner, ou je veux gagner. Je ne peux pas le dire aujourd’hui. Oui j’ai une certaine confiance, mais pas jusqu’à une telle affirmation».

Reste à savoir comment Johan Bryuneel, le directeur sportif de la nouvelle équipe de l’Américain, va gérer ses deux champions. C’est sous son égide que Lance Armstrong a remporté ses sept victoires du Tour de France, sous les couleurs des formations US Postal puis Discovery Channel, entre 1999 et 2006. « Armstrong n’a jamais vraiment réussi à effacer les soupçons qui pesaient sur lui, notamment lors de la révélation des résultats de ses paramètres sanguins de 1999 (en 2005 dans L’Équipe, ndlr) », poursuit Eric Boyer. « Ses retrouvailles avec Johan Bryuneel ne poussent pas à la confiance . C’est d’autant plus dommage que si son but est de sensibiliser le public à la lutte contre le cancer, il est en train de brouiller son message ». «22.000 personnes meurent du cancer chaque jour dans le monde, et c’est un problème de santé mondiale, nous pourrions sauver un tiers de ces vies avec les traitements dont nous disposons», a déclaré Lance Armstrong pour justifier son retour.

Quant aux chances pour un coureur texan de 37 ans de revenir au plus haut niveau après une parenthèse de trois ans, Eric Boyer, l’ancien coéquipier de Laurent Fignon et Greg Lemond préfère ne pas s’avancer : « C’est une situation inédite… Clairement il a encore un potentiel important puisqu’il a bien figuré dans des compétitions de VTT… Cela fait 25 ans que je suis dans le cyclisme et je me garderai bien de faire un pronostic. On verra ». Premier test le 18 janvier en Australie où Lance Armstrong participera au Tour Down Under.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related