Subscribe

Lance Armstrong

L’Américain Lance Armstrong, qui avait rangé son vélo en 2005 pour se consacrer à la lutte contre le cancer avec sa fondation Livestrong, a confirmé mercredi sur son site Internet son retour à la compétition en 2009, à bientôt 37 ans. Avec l’intention de remporter un huitième Tour de France. Les doutes qui avaient accompagné ses victoires sur le circuit professionnel ont refait aussitôt surface…

Les Américains adorent les histoires de « Come-Back Kid ». Mais en France les réactions à l’annonce du retour de Lance Armstrong manquent sérieusement de chaleur. Pour résumer: est-ce que le cyclisme avait vraiment besoin de « ça », du retour d’un champion qui n’a jamais pu laver son palmarès des soupçons de dopage. Des soupçons renforcés par les fameux résultats du contrôle positif à l’Epo de 1999 révélés par le quotidien sportif L’ Équipe en 2005. Une affaire à propros de laquelle Marc Madiot, le directeur de la formation La Française des Jeux a déclaré, mercredi dans le même journal, « il faudra bien qu’il [Armstrong] s’explique ». Même son de cloche chez le directeur du Tour de France Christian Prudhomme qui a rappelé que des suspicions avaient accompagné les victoires de l’Américain depuis 1999. Il a également tenu à préciser que les standards de la lutte anti-dopage avait évolué et que par conséquent Lance Armstrong et sa future équipe devraient s’y soumettre. Pour contrer ce genre de déclarations – et ça ne fait que commencer – le coureur a précisé que les résultats de ses tests sanguins seront mis en ligne sur l’Internet.

Si on ignore encore le nom de la future équipe de l’ancien champion du monde, Alberto Cantador le leader d’Astana a peut-être donné un indice en se déclarant prêt à accueillir Armstrong comme coéquipier. Un choix qui ne ferait qu’enfoncer le clou du scepticisme : la formation de l’Espagnol, vainqueur du Tour de France 2007, n’a en effet pas pu s’aligner au départ de l’épreuve en 2008 à cause d’affaires de dopage. Le manager général d’Astana n’est autre que Johan Bruyneel, ancien directeur sportif de l’US Postal et Discovery Channel, formations avec lesquelles Armstrong a dominé le cyclisme pendant huit ans et que certains, dans le milieu, ont accusé d’avoir mis en place un véritable système de dopage organisé. En tout, quatre anciens coéquipiers de Armstrong ont été controlés positifs ces dernières années dont Flyod Landis qui a dû rendre son maillot jaune en 2006 et Manuel Beltram exclu du Tour de France le 11 juillet dernier.

Lance Armstrong, souvent accusé mais jamais condamné, a toujours défendu vigoureusement sa réputation de coureur propre dans un sport à l’image salie par les scandales.

Quant à ceux qui pensent qu’à son âge, trois années passées à la Une des Tabloids en compagnie de célèbres « girl-friends » mais loin de la compétition, c’est long, surtout dans sa discipline, il répond en citant l’exemple de nageuse Dara Torres 41 ans, triple médaillée d’argent en natation à Pékin,et mère d’une petite fille de deux ans.
Bernard Hinault, le quintuple vainqueur du Tour de France a, lui, évoqué dans L’Équipe la vétérante Jeannie Longo qui, à 50 ans, vient de participer à ses septièmes J.O. et de se qualifier pour les prochains Mondiaux de cyclisme, ajoutant quand même, sceptique: « Plutôt que de reprendre la compétition, je pense qu’il vaut mieux ne pas l’arrêter. »

Lance Armstrong détaillera les conditions de son retour au cyclisme professionnel lors d’une conférence de presse le 24 septembre prochain à New York.

Les déclarations de Lance Armstrong sur www.lancearmstrong.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related