Subscribe

L’Argentin Jorge Mario Bergoglio a été élu pape‎

Premier pape venu du continent américain, l’Argentin Jorge Mario Bergoglio, qui se fera appeler François Ier a été élu mercredi soir à la surprise générale pour succéder à Benoît XVI après sa démission historique le 28 février.

L’archevêque de Buenos Aires a choisi le nom de François, qui sera porté pour la première fois par un souverain pontife. Agé de 76 ans, il est également le premier jésuite à monter sur le trône de Saint Pierre. Après la formule “Habemus papam” prononcée par le cardinal français Jean-Louis Tauran, le 266e pape de l’histoire est apparu au balcon pour sa première bénédiction urbi et orbi. “Les cardinaux sont allés me chercher au bout du monde”, a-t-il plaisanté, avant de prier pour son prédécesseur et d’appeler à la “fraternité” au sein de l’Eglise.

Une immense clameur a retenti Place Saint-Pierre lors de l’émission de la fumée blanche signalant son élection à 18h05, avec des cris de joie poussés par une foule nombreuse qui brandissait des drapeaux et scandait “habemus papam” et “viva il papa”, pendant que les cloches sonnaient à toute volée. Gardes suisses et membres d’autres forces armées se sont aussitôt déployés en fanfare devant la basilique, juste sous la loggia centrale. Une foule grossissant à vue d’oeil et constellée de parapluies a envahi la place, brandissant banderoles et drapeaux à la gloire du Saint-Siège. Les cloches des églises romaines ont aussi retenti, accompagnées de concerts de klaxon.

Cette élection met un point final à quatre semaines inédites et mouvementées, depuis l’annonce surprise le 11 février par Benoît XVI de sa renonciation à l’âge de 85 ans – une première en sept siècles, depuis celle du pape moine Célestin V. Le pape se retrouve à la tête d’une Église confrontée à de grandes difficultés : sécularisation massive dans les pays de tradition chrétienne, scandales de pédophilie et de corruption qui remontent sans cesse du passé, mauvaise gouvernance et intrigues à la Curie, difficultés d’adaptation aux cultures locales, rapports tendus avec l’islam rigoriste, contestations diverses.

Mais, en même temps, le nombre des catholiques croît rapidement dans beaucoup de pays du sud. L’Eglise, vivante, est aux avant-postes sur de nombreux terrains (santé, pauvreté, éducation, etc…), et enregistre dans ses rangs une floraison d’initiatives et de nouveaux mouvements. Le 11 février, dans un court message sobre en latin aux cardinaux médusés, un pontife allemand à bout de forces avait créé la stupeur en annonçant sa “renonciation” à mener “la barque de Pierre”. Il avait admis ses forces déclinantes face aux défis d’un monde en rapide changement.

Un geste humble qui avait été salué dans le monde entier, mais pas toujours bien compris dans l’Eglise. Il avait annoncé qu’il se retirerait dans la prière, manifesterait une “obéissance inconditionnelle” au nouveau pape, et s’effacerait aux yeux du monde. Le 28 février, sans cérémonie mais avec émotion, Joseph Ratzinger prenait congé de près d’1,2 milliard de catholiques, affirmant qu’il resterait toujours avec eux dans la prière. Se refermaient alors les lourdes portes de la résidence d’été de Castel Gandolfo, près de Rome, où il réside jusqu’à son installation dans deux mois dans un monastère au Vatican même. Commençait alors la période de “siège vacant”.

Les cardinaux, arrivés du monde entier, avaient ensuite délibéré à huis clos dans des “congrégations générales” pendant une semaine, mettant tous les problèmes sur la table avec franchise, et demandant notamment une meilleure gouvernance de l’Église. Puis les 115 cardinaux électeurs – de moins de 80 ans – étaient entrés mardi en conclave dans la célèbre Chapelle Sixtine peinte par Michel-Ange, loin des caméras, après avoir rendu hommage au “pontificat lumineux” de Joseph Ratzinger. Soixante-neuf cardinaux, créés cardinaux par Benoît XVI durant ses huit ans de pontificat, n’avaient jamais participé à un conclave.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related