Subscribe

L’artisanat jusque dans le pot de confiture

Une idée simple et ambitieuse, un produit bio et fait main, cela donne Tea Together. Mais qu’est-ce que ce nom anglais peut bien cacher ? Tout d’abord, une entreprise française établie à Saint-Rémy-au-Bois dans le Pas-de-Calais et créée par un couple de britanniques. Mais aussi, la fabrication de confitures et non de thé comme le laisserait penser le nom de prime abord. Et enfin, des produits artisanaux destinés aux hôtels de luxe… du monde entier.

"Je fabrique moi-même, dans ma ferme du Pas-de-Calais, une gamme de confitures bio que j’ai créée avec mon mari, Nick", explique d’entrée Judith Gifford. "Tous nos produits sont artisanaux et faits à la main, jusqu’aux étiquettes collées sur les pots de confiture". Nick et Judith, anciens cinéastes freelance britanniques, sont venus s’installer en France, dans leur maison de vacances de l’autre côté de la Manche, après s’être rendu compte que l’industrie du cinéma était dans une impasse. C’est par hasard, après avoir lu une recette dans un livre de cuisine, que Judith s’est mise à concevoir des confitures. Très intéressée par les différences entre les cultures française et anglaise, notamment par le fait que le goûter est le repas britannique le plus typique et le plus traditionnel qui soit en Angleterre – alors qu’en France, le dîner l’emporte sur le thé de 16h et les petits biscuits – Judith a alors commencé ses expérimentations culinaires. Si, au début, l’idée était de préparer et réunir dans un élégant packaging tous les produits nécessaires à une véritable "british collation" – thé, scones et confitures – il s’est rapidement avéré que cela serait impossible. En cause, la conservation des produits principalement, surtout à l’export. Au fur et à mesure du succès et de la bonne réputation de l’entreprise, il a été décidé de ne pas changer de nom, afin de ne pas déstabiliser les clients.

Du Pas-de-Calais à New York

C’est grâce à la rencontre avec le grand chef de cuisine français Alain Ducasse et l’hôtel Costes à Paris, tous deux complètement sous le charme des confitures campagnardes, que l’entreprise Tea Together a eu le déclic de démarcher un marché ciblé : les hôtels de luxe. Très vite, l’idée de s’exporter aux États-Unis est devenue une évidence. C’est Joanna d’Angelo qui s’occupe de la distribution des produits depuis New York. "Judith et moi étions voisines lorsque nous étions enfant", raconte Joanna. "Quand elle a été contactée par Alain Ducasse, elle s’est adressée à moi afin de savoir si je pouvais l’aider à lancer ses produits aux États-Unis", poursuit-elle. "J’étais sceptique car il y a tellement de confitures ici, mais lorsque j’y ai goûté, j’ai pensé que c’était la meilleure chose que j’avais jamais mangé. J’ai démissionné des Nations-Unies, alors que j’y travaillais depuis une trentaine d’années, pour me lancer dans cette aventure". Une sorte de seconde carrière pour cette gestionnaire méticuleuse qui s’occupe de régler le moindre petit détail de l’importation et de la distribution à travers tous les États-Unis. En moyenne, 1500 pots de confitures sont livrés chaque mois dans les hôtels clients pour leurs petits-déjeuners.

Petite entreprise deviendra grande

Partie de rien, l’entreprise se construit petit à petit. Avec un chiffre d’affaires de 600 000 euros nets en 2007, la compagnie connaît actuellement une croissance de 40% par an. Une dizaine de clients en France, principalement dans la capitale, comme l’hôtel Costes toujours fidèle, le Centre Pompidou et l’hôtel Bourg-Tibourg entre autres ; aux États-Unis, comme le Château Marmont à Los Angeles, l’hôtel Bel-Air en Californie et le Setai en Floride pour ne citer qu’eux ; une quinzaine en Angleterre et quelques autres dans le reste du monde. Si le succès et la rentabilité semblent à portée de bras, cela n’a pas toujours été le cas. L’entreprise a en effet été créée en 2001, juste avant les attentats meurtriers du 11 septembre. "Tout était bloqué pendant un an. Nous n’avons réellement repris une activité que fin 2002", constate Joanna. Mais la simplicité, le caractère et le parfum unique des confitures de Tea Together font que de plus en plus de chefs de cuisine dans les grands hôtels les demandent. Le bouche à oreille fonctionne au-delà des espérances et le fait d’inviter chaque client à découvrir le Pas-de-Calais en séjournant quelques nuits dans la ferme des Gifford ne gâche rien.

De nouveaux défis

L’équipe de Tea Together n’est composée que de huit membres en France et seulement quatre aux États-Unis qui défendent la réputation de l’entreprise, un travail quotidien difficile. Si les hôtels répondent présent, la capacité de réaction et le nombre d’employés doivent aujourd’hui être augmentés. "Notre structure doit être rapidement renforcée si nous voulons multiplier par dix le nombre de nos clients", explique Joanna. De même, comme de plus en plus de particuliers ayant séjournés dans des hôtels 5 étoiles adressaient des demandes afin de savoir comment se procurer les petits pots de confitures, Tea Together a décidé de lancer son propre website, sur lequel chacun peut désormais commander les fameux produits tant désirés, ainsi que d’autres produits artisanaux, comme le sel de Guérande récolté par le paludier Didier Aube. Tea Together élargit donc sa gamme, tout en conservant l’authenticité de l’artisanat.

 

Site de Tea Together :
http://www.teatogether.com/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Les dessous de l’éthiqueLes dessous de l’éthique Sur le marché du sous-vêtement éthique et biologique, Cathy Abruzzo s’est faite une place en France. Distribuée aux Etats-Unis depuis le lancement de son entreprise Peau-Ethique, la marque […] Posted in Business
  • Le savoureux business des chefs à domicileLe savoureux business des chefs à domicile Manger à la maison comme si vous étiez dans un grand restaurant, c'est possible. La recette est simple : faites venir chez vous un chef cuisinier. Même si certains restaurants aux […] Posted in Business