Subscribe

Laure Manaudou : de la Provence à l’Alabama

Laure Manaudou, l’ancienne championne olympique de natation, va faire une pause dans sa carrière et peut-être rejoindre aux États-Unis, son compagnon, Frédéric Bousquet, qui part s’entraîner à l’université d’Auburn, en Alabama. Réactions du nageur, interrogé par France-Amérique.

« Laure Manaudou a décidé de mettre un terme à sa saison sportive 2008-2009 afin de faire un break dans sa préparation sportive de nageuse de haut niveau. Elle ne participera donc pas aux prochaines compétitions nationales et internationales », annonçait mercredi 21 janvier un communiqué diffusé par l’avocat de l’ancienne championne olympique française, Me Didier Poulmaire.

Laure Manaudou prend donc des vacances « au moins jusqu’à l’été prochain », selon des propos cités par l’Équipe jeudi, et devrait ainsi rejoindre son compagnon Frédérick Bousquet avec qui elle s’entraînait au Cercle des Nageurs de Marseille. Ce dernier a décidé de reprendre l’entraînement aux États-Unis, au James Martin Aquatic Center de l’université d’Auburn, dans l’Alabama, où le nageur français avait remporté trois championnats universitaires entre 2003 et 2007.  Son entraîneur américain, Brett Hawk, contacté par France-Amérique mercredi, s’est dit d’ailleurs « très heureux de retrouver son champion. »

Interrogé par France-Amérique, Frédérick Bousquet, confirme, mais à demi-mot, la venue de Laure Manaudou : « Je lui dis tous les jours qu’elle devrait venir, car elle n’est jamais venue aux États-Unis. Elle viendra, c’est sûr, mais elle-même ne sait pas quand exactement. Je crois que, pour l’instant, elle a besoin de prendre ses propres décisions. Elle me disait hier encore qu’elle réalisait seulement que c’était la première fois de sa vie qu’elle décidait de prendre elle-même des vacances. »

Le sportif de 27 ans, qui arrivera samedi 24 janvier dans l’Alabama, s’est dit « rassuré de voir Laure prendre un peu de temps pour elle ». « Il y a évidemment une certaine baisse de motivation, liée à ses performances récentes (ndlr, première nageuse française médaillée d’or olympique, sur 400 m à Athènes en 2004, la vedette de la natation française – 49 titres nationaux individuels – est rentrée bredouille des Jeux de Pékin l’année dernière) », a-t-il ajouté. « Mais il y a aussi des douleurs physiques persistantes depuis des années et qui n’ont jamais été traitées correctement. » La jeune femme de 22 ans souffrirait depuis longtemps de fortes douleurs aux épaules et de migraines « qui sont impressionnantes à voir, quand elles arrivent », selon le nageur. « Je trouve cela choquant que rien n’ait jamais été fait réellement pour la soigner. Aucune analyse, aucune radio, rien… Juste de quoi la maintenir en forme pour rester au niveau. Elle n’a que 22 ans et elle est déjà bien abîmée. C’est bien d’être passionné, mais pas au détriment de la santé ! », s’est emporté Frédérick Bousquet.

Changement probable de décor, donc, pour la jeune femme, qui va découvrir les charmes du sud des États-Unis et, par l’intermédiaire de son compagnon, des méthodes d’entraînement à l’américaine qui plaisent à Frédérick Bousquet : « J’ai décidé de revenir à Auburn pour m’entraîner avant les Championnats de France (ndlr, qui se tiendront fin avril à Montpellier) en vue d’une potentielle sélection pour les Championnats du Monde (ndlr, en juillet à Rome) », a-t-il déclaré. « J’aime la constance et la précision des méthodes américaines. Les États-Unis sont à la pointe de la discipline et ils ont des moyens bien plus importants. Ils utilisent par exemple depuis des années la vidéo. En France, on n’en est qu’aux balbutiements. »

L’université d’Auburn avait déjà été le centre d’entraînement de nageurs français avant Frédérick Bousquet. Romain Barnier, aujourd’hui manager du Cercle des Nageurs de Marseille et dernier entraîneur de Laure Manaudou, et Lionel Moreau, son directeur, ont également fait un passage par l’institution américaine. « Ce sont eux qui m’ont conseillé de venir m’entraîner ici en janvier 2003. Aujourd’hui, j’y retourne avec le plus grand naturel et le plus grand plaisir. J’ai hâte que Laure découvre tout ça, » a conclu Frédérick Bousquet.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related