Subscribe

« L’Avion » affirme sa présence à Newark

« L’Avion » confirme sur terre la stratégie qui lui a profité dans le ciel : offrir du haut de gamme à prix réduit, et donc à moindre coût. La compagnie « Low-Fare » 100% classe affaires, opérant sur le seul segment Paris- New York, a inauguré hier, 30 septembre, à l’aéroport de Newark Liberty, son nouveau lounge en partenariat avec l’Indien Jet Airways.

Ce nouvel espace de 227 mètres carrés, situé au niveau « arrivée » du terminal B et pouvant accueillir jusqu’à 100 personnes, est accessible à l’ensemble des passagers Premiums des deux compagnies. Il offre le confort et les services d’un espace affaires, de l’accès à Internet sans fil aux rafraîchissements et collations inspirées des cuisines traditionnelles française et indienne.

En ces temps économiquement troublés, alors que le prix du pétrole érode chaque jour un peu plus les marges des opérateurs aériens, « la clé, c’est le coût », explique Frantz Yvelin, fondateur de l’Avion et directeur du développement. « Un partenariat au sol avec Jet Airways, c’est la possibilité de donner aux clients de l’Avion le complément terrestre de nos prestations en vol, tout en réduisant les coûts par deux. ».

Des partenariats judicieux, une seule classe affaire, structurellement plus rentable, une liaison unique, une rotation optimale des deux avions de la compagnie et un seul type d’appareil (le Boeing 757 relativement économique en carburant), sont autant de choix stratégiques qui ont permis à l’Avion de tirer son épingle du jeu, là où des compagnies similaires, opérant sur des segments voisins, se sont vues contraintes dans les derniers mois à mettre la clé sous la porte.

Le rachat de l’Avion par British Airways en juillet dernier et la fusion avec sa filiale Open Skies semble valider ce modèle économique, qui au moment de sa création en 2007 laissait l’industrie pour le moins dubitative. La nouvelle entité, qui opère désormais trois liaisons quotidiennes sur l’axe Paris- New York, n’a, aux dires des responsables français interrogés, pas encore trouvée son identité propre. « Les négociations sont en cours. Nous continuons en attendant, de développer les deux marques parallèlement », souligne Jean Charles Perino, directeur des ventes et du marketing de l’Avion.

Interviewé par France-Amérique dans l’édition du mois d’octobre, Dale Moss, le patron américain d’Open Skies, laisse entendre que la marque Avion va disparaître au profit d’Open Skies d’ici le premier trimestre 2009. Mais pour l’instant, seul le nom de l’Avion est mis en avant à Newark.

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related