Subscribe

Le 33e Printemps de Bourges atteint son objectif avec 66.000 spectateurs

 La 33e édition du Printemps de Bourges s’est achevée sur un succès public et a rempli son objectif en enregistrant de mardi à dimanche 66.800 spectateurs, autant que l’an dernier, ont annoncé ses responsables dans la nuit de samedi à dimanche.

Le taux de remplissage des salles a été de 101,5% et le festival estime à 220.000 personnes la fréquentation globale du site. Sur les 66.800 places délivrées, 8.700 étaient des invitations (contre 66.280 places dont 9.200 invités l’an passé).

“On a atteint le même objectif que l’an dernier, on a rempli. Au niveau du budget (5 millions d’euros, ndlr), on est dans nos marques et on ne perdra pas d’argent”, a déclaré le directeur-fondateur du Printemps, Daniel Colling, en conférence de presse.

Sur la lancée de ces dernières années, cette édition s’est bâtie sur un équilibre entre noms connus et artistes plus pointus dans tous les genres (chanson, rock, électro, rap…) en évitant les énormes têtes d’affiche trop onéreuses.

“On n’a pas les moyens d’être sur les transhumances des grands noms internationaux. On ne fera pas Bruce Springsteen. On s’est recentré sur un créneau et ça marche bien”, a commenté le programmateur en chef, Christophe Davy.

e Printemps, premier festival majeur de la saison, a notamment accueilli les Américains Ben Harper, Andrew Bird et Bonnie Prince Billy, l’Anglo-Nigérian Keziah Jones, l’Allemande Ayo, Bénabar, Dominique A, Rohff ou des révélations comme l’Anglais Charlie Winston et Sliimy.

Il a présenté des créations (le spectacle d’Emily Loizeau, un concert à la cathédrale mêlant classique et électro) et invité onze groupes et artistes japonais.

Samedi lors de sa dernière soirée, il proposait une affiche rock et électro, avec notamment Izia, la fille de Jacques Higelin, ou Laurent Garnier.

Une soirée lors de laquelle la polémique autour du rappeur Orelsan s’est dégonflée. Son concert a eu lieu sans incident et dans une ambiance bon enfant. Son annulation avait été demandée ces dernières semaines par des associations et des responsables politiques en raison d’une chanson qu’il n’interprète plus sur scène, “Sale pute”, taxée d’incitation à la violence sexiste.

Seule une poignée de représentants du planning familial, qui avaient demandé en vain à prendre la parole sur scène avant le concert, a distribué des tracts à proximité de la salle, devant laquelle des barrières avaient été installées par le festival pour filtrer le public.

Cette polémique a été “le mini-événement médiatique”, a estimé M. Davy. “Orelsan était programmé au milieu de 140 artistes, des gens ont décidé d’en faire quelque chose de plus important que les 139 autres. Ce soir, il n’y a rien eu de spécial, c’était juste un concert d’Orelsan”.

La première édition du MaMA, marché qui proposait aux professionnels des débats et des rencontres en amont du festival, a connu le succès avec 1.500 participants. Signe que la filière musicale cherche des réponses aux bouleversements provoqués par l’effondrement des ventes de disques.

En visite au Printemps vendredi, la ministre de la Culture, Christine Albanel, a espéré que la loi contre le piratage sur internet puisse être adoptée “à peu près au moment du festival de Cannes” (13-24 mai). Ce texte doit être à nouveau présenté aux députés mercredi après son rejet surprise le 9 avril.

Le festival, qui a connu quatre jours de soleil avant une journée de pluie samedi, s’achevait dimanche après-midi par les concerts de Miss Platnum et Tryo.

Sa 34e édition aura lieu du 13 au 18 avril 2010.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related