Subscribe

Le baccalauréat à l’heure new-yorkaise

En France les élèves planchent, à New York ils s’impatientent ! Le 8 juin dernier, les candidats au baccalauréat résidant en Amérique du nord ont passé les dernières épreuves de l’examen. Sur le territoire français, elles ont débuté lundi 11 mai et s’étalent jusqu’au 27 juin.

Pour expliquer ce décalage, il faut se pencher sur les contingences du calendrier canadien.

C’est en effet au Canada que les copies sont corrigées. Dans ce pays, la convention collective des professeurs prévoit l’arrêt de l’année scolaire le 24 juin. Toutes les épreuves du bac doivent donc être terminées à cette date. Cette organisation entraîne quelques modifications du calendrier scolaire. Pour être prêt a temps, les vacances de la toussaint sont ramenées à une semaine, celles de février deux fois moins longues.

Excepté cet imbroglio calendaire, les épreuves du baccalauréat à New York et plus généralement en Amérique du nord sont semblables à celles de la France. Leur nombre est variable, entre huit et douze selon les filières. Certaines comme le Français, se passent dès la classe de première. Les sujets sont tirés au sort par l’académie de Caen à laquelle est rattaché le lycée français de New York.

Des effectifs réduits

L’établissement propose trois filières à ses étudiants. Il compte une terminale littéraire, deux économiques et deux scientifiques. Chaque classe comporte entre dix-neuf et vingt-quatre élèves. « Des effectifs réduits permettent aux professeurs de connaître chacun de ses élèves. Ils sont ainsi mieux préparés pour l’examen » explique Yves Thézé proviseur du lycée français de New York.

Cette année quatre-vingt douze élèves ont passé le bac. Leur profil est varié « 26% des élèves sont américains, 35% effectuent toute leur scolarité dans notre établissement » précise Yves Thézé. Les étudiants bilingues peuvent choisir l’option internationale. Leur épreuve d’anglais comporte alors partie écrite et orale. L’histoire-géographie peut se dérouler en anglais.

Pour mettre toutes les chances du côté de l’élève, le lycée français mise également sur les activités extra scolaires. L’établissement compte ainsi vingt-cinq équipes de sport. Chaque année une pièce de théâtre et une comédie musicale sont organisées. « Le cv de nos étudiants doit être le plus attractif possible pour avoir une chance d’entrer dans les prestigieuses universités américaines » glisse Mr. Thézé. Une fois le bac en poche, plus de la moitié des élèves décident en effet d’intégrer une université américaine, 20% se tournent vers le Canada et 20% choisissent la France. Chaque année entre 95% et 100% des élèves du lycée français décrochent le précieux sésame, 60% avec une mention. Rendez-vous le 18 juin.

Indétrônable, le bac fêtera bientôt ses 200 ans

Les élèves de terminale entament ce matin, avec la célèbre épreuve de philo, le marathon du bac qui s’achève le 9 juillet.

Par Marie-Estelle Pech (Le Figaro)

Le bac 2007 battra-t-il le « record » de l’an dernier ? En 2006, malgré les manifestations contre le contrat première embauche, 82,1 % des lycéens avaient réussi leur examen. Un chiffre sans précédent. Cette année, 621 532 candidats sont inscrits pour décrocher ce passeport qui permet de s’inscrire dans l’enseignement supérieur ( 52,7 % passent un baccalauréat général, 27,5 % le bac technologique et 19,8% le bac professionnel). Parmi les inscrits, le benjamin n’est âgé que de 12 ans et onze mois – un record – et deux candidats ont plus de 70 ans.

En dépit des critiques récurrentes sur la baisse de niveau, le baccalauréat reste une institution en France et « le supprimer, ce serait comme démonter la tour Eiffel » , expliquait cette semaine le ministre de l’Éducation nationale. Il refuse « le discours sur le bac dévalué et bradé ». Car s’il reconnaît que le « type d’exigence a changé » en orthographe, il estime que « le niveau de connaissance d’une tranche d’âge » a en revanche augmenté, en informatique, par exemple.

Pourtant, le caractère théoriquement égalitaire du bac ne trompe personne. Quoi de commun entre un bac professionnel, technologique et général sinon le nom ? Ou encore entre un bachelier qui décroche une mention et un bachelier sansmention ? Tous n’ont pas les mêmes chances de réussite dans l’enseignement supérieur. Si 73 % des bacheliers généraux inscrits à l’université obtiennent un diplôme, seuls 13 % des bacheliers technologiques et 3 % des bacheliers professionnels y parviennent ! Par ailleurs, près de la moitié des candidats qui se présentent à l’examen ont déjà été prérecrutés sur dossier pour les classes préparatoires et les filières courtes (IUT et STS).

Indéboulonnable, le bac fêtera l’an prochain son bicentenaire. Alors que l’examen concerne aujourd’hui des milliers d’élèves, seuls trente et un jeunes hommes l’avaient obtenu en 1808. Xavier Darcos l’a quant à lui réussi en 1967. Seuls 15 % de sa classe d’âge décrochaient alors le sésame et il y avait alors « de la bonne humeur et assez peu d’angoisse ». L’objectif de 80 % d’une classe d’âge obtenant le bac reste, selon lui, « un horizon recevable, même si cela prendra du temps » . Ils étaient 63,8 % dans ce cas en 2006.


 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • SPÉCIAL ÉDUCATIONSPÉCIAL ÉDUCATION Deux fois par an, France-Amérique publie la liste des écoles françaises aux États-Unis, et fait le point sur les dernières mesures et les […] Posted in Education
  • Les oubliés de Buffalo se rebiffentLes oubliés de Buffalo se rebiffent Depuis la fermeture en mai dernier, à Buffalo (NY), du centre de traitement régional pour les demandeurs de la résidence canadienne, des centaines de Français sont dans l’expectative quant […] Posted in Education