Subscribe

Le bureau politique de l’UMP s’enflamme sur l’utilisation du terme “sarkozyste”

Le bureau politique de l’UMP s’est enflammé mercredi sur la question du recours au terme “sarkozyste” par les courants du parti, plusieurs responsables reprochant à la “Droite forte” de Guillaume Peltier et Geoffroy Didier de vouloir “capter l’héritage” de l’ex-président.

Après un débat très houleux, le bureau politique (BP) a finalement tranché – après avoir déjà interdit la semaine dernière à la Droite forte d’accoler “Génération Sarkozy” à sa dénomination – pour qu’aucun mouvement soumettant une motion aux suffrages des militants UMP lors du congrès du 18 novembre ne puisse utiliser l’adjectif “sarkozyste” sur le bulletin de vote. Cette mention ne pourra être faite que “dans le corps de la profession de foi”, a précisé ensuite lors de son point presse hebdomadaire le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé.

Des partisans des deux candidats à la présidence de l’UMP sont montés au créneau pendant le BP pour reprocher à la Droite forte, une des six motions en lice pour le congrès, de vouloir utiliser le terme sarkozyste pour obtenir un meilleur score. “On défend tous le bilan de Nicolas Sarkozy, ce qu’on refuse, c’est que certains veuillent capter son héritage à leur profit”, a fait valoir Laurent Wauquiez, pro-Fillon et chef de file du mouvement de la Droite sociale.

Franck Riester, pro-Copé et membre du mouvement des Humanistes, a pour sa part indiqué qu’il en avait “marre de lire que si on n’est pas dans la Droite forte, c’est qu’on est la droite molle”. “Imagine que ta motion fasse 25%. La presse va dire que 75% des militants UMP ne sont pas sarkozystes”, a lancé Roger Karoutchi, directeur de campagne de M. Copé et chef de file des gaullistes, à l’adresse de M. Peltier. Ce dernier a été hué quand il a annoncé avoir déposé l’expression “Génération Sarkozy” à l’Institut national de la propriété industrielle (Inpi).

Nadine Morano a elle tenté de détendre l’atmosphère en lançant: “Ca me fait plaisir de voir que tout le monde est sarkozyste”. “Le seul endroit en France où nous n’avons plus le droit d’être sarkozyste et de le dire, c’est à l’UMP”, a regretté ensuite Geoffroy Didier. “Nous ne prétendons pas avoir le monopole sarkozyste. Les humanistes se définissent comme tels alors qu’ils n’ont pas le monopole de l’humanisme, pareil pour les gaullistes et le gaullisme”. “Les autres ne veulent plus utiliser le terme sarkozyste alors ils nous empêchent de le faire. La vérité, c’est qu’ils ne sont plus sarkozystes”, a dénoncé un membre de la Droite populaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related