Subscribe

Le cinéma européen dans son salon

Vous voulez voir des films européens, en version originale sous-titrée, instantanément, à toute heure du jour et de la nuit ? Alors, vous êtes un futur client d’Eurocinéma, une chaîne de vidéo à la demande.

L’entreprise, créée en 2005 par Sébastien Périoche, a maintenant signé avec les principaux opérateurs aux États-Unis et au Canada. Derniers en date, l’opérateur par satellite Dish, qui offrira le service sur tout les États-Unis à partir de fin juillet, et le cablo-opérateur Cablevision, qui le lancera mi-août. Les clients de Direct TV, Time Warner, Charter, BrightHouse, Verizon, et bien d’autres peuvent déjà profiter d’Eurocinéma. Disponible à la fin de l’été dans 20 millions de foyers, la chaîne est un moyen de faire connaître le cinéma européen aux américains, et de contenter les communautés qui recherchent des films dans leur langue.

Pour la chaîne, le premier objectif atteint – la distribution via les cablo-opérateurs – reste maintenant à se faire connaître auprès des clients potentiels, à savoir les différentes "niches" communautaires – et elles sont nombreuses. France, Italie, Pologne, Espagne et Grande-Bretagne sont les nations cinématographiques les plus prisées, pour des raisons évidentes de langue – l’anglais et l’espagnol sont les plus couramment parlées – mais aussi de réputation, pour le cinéma français par exemple, très recherché par les cinéphiles.

Concrètement, le spectateur loue un bloc de programme, qui comprend un court-métrage, un long-métrage, et des commentaires des acteurs ou réalisateurs qui permettent de replacer le film dans son contexte. Chaque bloc est loué pour 24h, durant lesquelles on peut arrêter et reprendre le film, avancer ou reculer. Il vous en coûtera entre $3,95 pour un film récent, $2,95 pour les autres, selon les opérateurs. Certains d’entre eux proposent des films gratuitement avec de la publicité. À l’affiche cet été, parmi une dizaine de films, À tout de suite, de Benoît Jacquot, et Le Petit Lieutenant, de Xavier Beauvois, pour ne citer que des films français. Eurocinéma a aussi obtenu les droits de diffusion du Cœur des hommes 2, de Marc Esposito, et de My Brother is an Only Child, fiilm italien de Daniele Luchetti, tous deux produits en 2007, et diffusés durant le dernier trimestre 2008.

Le concept d’Eurocinéma repose sur un constat: sur les centaines de films produits en Europe chaque année, seule une poignée parvient jusqu’au continent nord-américain. "Nous voulons montrer qu’il y a d’autres films de très bonne qualité, des films qui ont été primés dans les festivals mais qui n’ont pas été achetés aux États-Unis parce qu’ils n’intéressent pas le public américain", précise Sébastien Périoche. Des films pas vraiment élitistes, mais qui n’ont pourtant pas trouvé preneur parmi les distributeurs américains. Pour augmenter la visibilité de ses films, Eurocinéma envisage même une sortie simultanée en salles dans quelques grandes villes et en vidéo à la demande pour toucher un plus large public.

Afin accroître sa notoriété, la chaîne s’associe à des festivals de cinéma européen déjà existants, et lance même son tout premier festival. Programmé à Miami du 6 au 15 février 2009 – la semaine de la Saint Valentin – le festival s’intitule "Romance in a can" et a pour thème le cinéma romantique. Vingt-cinq films y seront projetés pour la première fois aux États-Unis.

Pour plus d’information:
www.eurocinema.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related