Subscribe

Le Coup de crayon français des parcs à thèmes d’Universal

A 48 ans, Thierry Coup a été nommé en janvier dernier vice-président senior de Creative Studio au sein d’Universal Creative, à Orlando. Après avoir créé les plus grosses attractions des parc à thèmes de la planète, il se prépare à donner un coup de jeune à celle inspirée de la BD de Spider-Man, sa toute première grande réalisation.

Le Rock’n’ Roller Coaster à Paris, King-Kong 3 D à Hollywood, Shrek  4D à Osaka ou le village d’Harry Potter à Orlando, toutes ces créations qui ont fait la notoriété des parcs d’Universal  et Walt Disney, à travers le monde sont sorties de l’imagination d’un Français, Thierry Coup. Le 27 janvier dernier, ce Rochelais a d’ailleurs été nommé vice-président senior de Creative Studio au sein d’Universal Creative, la division planification et développement d’Universal Parks and Resorts.

“J’ai beaucoup plus de responsabilités. J’explore les idées pour les prochains projets dans les différents continent du monde. Je travaille plus le côté business que créatif”, souligne celui qui est désormais à la tête de 150 personnes dans les départements dédiés aux décors, à l’animation et aux films des différentes attractions des parcs.

Des débuts hésitants

Cette nomination en dit long sur le parcours extravagant de Thierry Coup. Originaire de Charentes-Maritimes, il intègre une école pour devenir moniteur de haute-montagne à Bourg-d’Oisans, en Isère. Mais à 21 ans, le jeune homme décide de faire un break et de rejoindre une connaissance à Los Angeles. “C’était juste avant les Jeux olympiques d’été, en 1984. Je me souviens que la ville était très animée, les gens étaient sympas, ce qui était assez incroyable car L.A. est tellement grande qu’il est difficile de s’y faire des amis.”

Trop confiant, Thierry Coup se fait escroquer par des Français. Avec cents dollars en poche, il hésite à avancer son billet de retour en France. “Mon père m’avait dit que j’allais revenir plus tôt que prévu des Etats-Unis. J’ai voulu lui prouver le contraire.” Il frappe alors à la porte d’un sculpteur, lui propose son aide en échange d’un hébergement. Pendant un an, aux côtés de l’artiste, il développe alors son côté créatif, vend quelques œuvres, de quoi acheter sa première voiture.

C’est dans sa Ford Galaxy garée sur le parking de l’usine  où il se fera embauché qu’il dormira ensuite. “Au bout de six mois, je me suis dit que ce n’était pas la vie que je voulais vivre. Je suis allé voir le frère de mon ami sculpteur qui tenait Design Setters, une entreprise de décors pour le cinéma.” Le lendemain, Thiery Coup se retrouve sur le plateau d’un tournage de film à Hollywood, une ceinture pleines d’outils à la taille.  “On m’a donné un marteau. Je travaillais dix à douze heures par jour. C’est vraiment à ce moment là que je me suis dit qu’il n’y avait qu’en Amérique qu’on pouvait se voir offrir de telles opportunités.”

Et l’Oncle Sam lui réservera encore quelques surprises. C’est Disney qui lui permettra de révéler son talent à l’occasion du tournage d’un film de science-fiction, Le vol du navigateur, réalisé par Randal Kleiser, qui sortira en 1986. Thierry Coup se permet de glisser quelques idées au directeur artistique pour modifier et améliorer le décor.  Sa débrouillardise plaît. “Du jour au lendemain, on m’a mis en charge de l’équipe de décorateurs”.

Au bout d’un an, après avoir appris toutes les ficelles du métier sur le tas,  Thierry décide de se mettre à son compte. Il offres ses services lors de tournage de publicités à la télévision et, visionnaire, se spécialise dans la réalisation d’effets spéciaux, qui, à la fin des années 80, n’en sont qu’à leurs débuts. Son nom apparaît ainsi au générique de grosses productions comme Total Recall, avec Arnold Schwarzenegger. “A l’époque, c’était très basique. On n’avait pas d’images de synthèse. Tout était fait avec des miniatures et des effets pyrotechniques”, se souvient le Français.

D’Hollywood à Walt Disney

Le succès du film de Paul Verhoeven lui fait une réputation parmi les professionnels d’Hollywood. Au lendemain de sa sortie, il reçoit un appel de Walt Disney Imagineering pour développer des attractions dans leurs studios de Glendale, toujours en Californie. Dès 1990, il travaille alors sur  des projets comme le nouveau Tomorrowland et Space Moutain, qui verront le jour à Disneyland Paris. Universal le débauche cinq ans plus tard pour la création d’Islands of Adventure, son second parc à thèmes à Orlando.  En 1997, il traverse le pays avec sa femme et son fils, direction la Floride. “Des croquis à son installation, ce parc est vraiment mon entière création”, souligne Thierry Coup.

C’est l’attraction inspirée de Spider-Man, le héros Marvel, qui le propulsera au rang des maîtres du genre. “C’est drôle parce que gamin, j’étais passionné de bande dessinée et ma mère me disais que je perdais mon temps. Quand j’ai dû faire les recherches pour The Amazing Adventures of Spider-Man, je lui ai demandé de m’envoyer mes albums. Avec l’équipe, nous sommes allés faire des repérages à New York pour s’immerger vraiment dans l’ambiance.”

En 2000, les créateurs de Mickey Mouse le rappelle à l’occasion de l’ouverture prochaine de Walt Disney Studio Park, le second parc à thème de Marne-la-Vallée, en banlieue parisienne. Thierry Coup renoue alors un peu avec le monde du cinéma, par procuration, notamment en inventant le manège dédié au film Armageddon. “Je me suis retrouvé en tant qu’expatrié à Paris, alors que mon épouse, qui est Américaine, était employée en contraltlocal. Nous sommes restés deux ans, pour gérer la direction artistique, c’était une expérience formidable d’être auprès de ma famille.”

Nommé à la tête de la création des parcs à thèmes d’Universal

Universal le récupère et l’envoie au Japon préparer toute la partie créative de son parc à Osaka. S’ensuit une proposition pour réaliser le même travail à Shangaï, mais le projet est mis en attente. On propose alors à Thierry Coup d’étendre son coup de crayon et de mettre en scène le film en trois dimensions de 23 minutes dédié à la principale attraction du village de The Wizardin World of Harry Potter à Orlando.  “On a tourné à Londres avec les acteurs et j’ai eu la chance d’engager mon fils comme extra”, déclare fièrement le Rochelais.

Et en janvier 2011, c’est la consécration avec cette nomination à l’un des postes clés d’Universal Parks and Resorts “Thierry a l’excellente réputation de fournir des attractions inégalées pour nos clients”, ajoute Mark Woodbury, le président d’Universal Creative. “Il est un leader de l’industrie, et continue d’apporter sa force à notre équipe.”

Aujourd’hui, avec Michael Bay, le réalisateur de la saga, Thierry Coup va donc développer une nouvelle attraction d’après l’histoire de Transformers. Elle ouvrira dans un an au sein d’Universal Studios à Los Angeles. Il travaille également avec Pierre Coffin, à l’origine du film d’animation Despicable Me qui  a eu un grand succès aux Etats-Unis en 2010, pour un lancement dans le parc à thèmes d’Orlando l’année prochaine.

Entre le projet d’un nouveau parc en Asie et d’autres attractions à Singapour, Thierry Coup a aussi annoncé que l’attraction Spider-Man, son “bébé” qui a vu le jour en Floride, allait entièrement être réanimée en 2012, en utilisant à la fois les techniques de haute-définition et de projection en 3D Infitec. “Mais personne n’aura plus de détails avant le premier trajet.”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related