Subscribe

Le design français séduit outre-Atlantique

Après Paris et Milan, la nouvelle exposition design de Fréderic Sofia est une grande première : il investit à lui tout seul une galerie d’art new-yorkaise pendant plus d’un mois.

La quarantaine, lunettes à monture blanche et chemise rouge rayée, Fréderic Sofia est fier d’exposer ses meubles et objets décoratifs dans la Gallery R’Pure de New York. Ses vases aux couleurs vives style années 1970, ses chaises customisées, et sa table façon voiture de course décorent la salle claire de cette galerie française située près de Madison Square Park. Pourtant, il ne se destinait pas au design.

Il étudie la technologie en ingénierie mécanique puis obtient un diplôme en marketing et gestion en 1991. Après un voyage en Australie un an plus tard, où il “prend le temps de ne rien faire“, il a une illumination : il veut se lancer dans le design, c’est sa “vocation“. Autodidacte, Fréderic Sofia débute le métier sans avoir fait les études nécessaires et sent qu’il va devoir faire ses preuves dans ce milieu où tout le monde le regarde comme un “extra-terrestre“. Il commence sa carrière de designer en créant Wombat, une petite société où il expose ses œuvres. Ses lampes Bozo, Nestor, Elvis remportent plusieurs prix et sont sélectionnées par le célèbre designer Starck dans l’International Design Year Book 96.

En 1998, Fréderic Sofia rentre dans l’agence de design Cent Degrés, et collabore pendant deux ans à des projets de design industriel. Il laisse de côté les lampes pour rentrer dans l’univers médical, électronique et du cosmétique. Ses études d’ingénierie mécanique lui servent car le design industriel “est contraignant et nécessite des compétences très techniques“. En 2000, il s’installe en indépendant et partage sa vie professionnelle entre design industriel avec l’invention d’un fauteuil de relaxation pour l’entreprise Variation, et design de mobilier. Il s’attaque d’ailleurs aux mythiques chaises du jardin du Luxembourg à Paris qui datent de 1923 pour les moderniser. Elles sont vendues au public et son modèle est exposé dans le jardin du Palais Royal.
En 2005, il expose pour la première fois dans le magasin Colette à Paris, puis dans la galerie Laurent Strouk, au cœur de la capitale française. Dans cette dernière, il présente des œuvres qui s’apparentent au pop art : des tableaux, des sculptures en collage avec des stickers japonais, en montage et en moulage. Aujourd’hui, Fréderic Sofia ne fait que de l’art décoratif, du design de mobilier : “ce qui me qualifie est le travail de plasticien : tout ce que je veux faire, c’est de la création“, confie le designer.
En Europe, Fréderic Sofia a exposé à Milan en compagnie d’autres artistes en avril 2007. Pour ses premiers pas dans l’international, il a vu grand : New York, son “rêve de gosse“. Comment il a atterri dans la Gallery R’Pure ? “Une histoire de rencontres“, presque un hasard, une chance : des termes qui semblent résumer toute sa carrière d’artiste. Pourquoi ne pas avoir exposé à Paris, la ville où il vit ? “Les parisiens sont moins attirés par le design que les new yorkais, et mes œuvres sont très influencées par la culture anglo-saxonne“. Ses plans pour l’avenir ? Une exposition à Cologne en Allemagne en janvier, mais sinon “pas de plans pour l’avenir”. En attendant la prochaine rencontre…

« PROMO », collection de Frédéric Sofia
Du 26 septembre au 8 novembre 2007
Gallery R’Pure
3 E 19th Street, New York NY

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related