Subscribe

Le deuxième souffle d’un Godard haletant

À l’occasion des cinquante ans de À bout de souffle, le film-emblème de la Nouvelle Vague a été restauré pour être projeté dans quelques salles américaines. Cette nouvelle version débarquera notamment fin juillet à San Francisco et Berkeley.

Certains quinquagénaires conservent sous leurs rides un charme qui transcende les décennies écoulées. Film-culte de la Nouvelle Vague adulé dans le monde entier, À bout de souffle, de Jean-Luc Godard, a acquis au fil d’un demi-siècle un statut de monument cinématographique. Cette histoire intemporelle de fuite en avant amoureuse, avec un Belmondo en cavale face à une Jean Seberg rayonnante de fraîcheur insolente continue de séduire et de surprendre. Si les marques du temps n’ont altéré en rien la tension et la passion palpables à l’écran, la pellicule du film de Godard commençait elle-même à être un peu essoufflée.

Peau neuve
Grâce à cette nouvelle restauration des studios Rialto supervisée par le directeur de la photographie du film, Raoul Coutard, en personne, le classique fait peau neuve pour révéler la beauté brute d’une image en noir et blanc sans artifices et tout en nuances. Dans le script comme dans la réalisation, Godard avait tenu à maintenir un maximum de spontanéité, forçant la maquilleuse au chômage technique et tournant en éclairage naturel, éprouvant la pellicule à des expositions extrêmement variables. Écrivant les dialogues au jour le jour à partir d’un scénario de François Truffaut, Godard laissait à peine le temps à ses acteurs d’apprendre leurs textes, pour coller au rythme haletant du film lui-même. Pour cette nouvelle version du film, le sous-titrage anglais a été revu pour transmettre au mieux la force des dialogues.

T-shirts et poster
Pour les fans absolus du film, des t-shirts – dont une réplique du fameux t-shirt New York Herald Tribune porté par Jean Seberg dans le film – et un poster spécialement créés par Rodarte pour le cinquantième anniversaire du film sont disponibles pour la modique somme de 150$ dans les magasins Barney’s de New York et Los Angeles, et dans la boutique en ligne de l’enseigne. Pour les petites bourses, reste le film, à redécouvrir en exclusivité dans les salles listées ci-dessous.

Actuellement dans les salles :
Film Forum (New York, NY)
Ritz at the Bourse (Philadelphie, PA)
Music Box Theatre (Chicago, IL)

À partir du 9 juillet
Coolidge Corner Theatre (Brookline, MA)
Landmark’s Kendall Square Cinema (Cambridge, MA)
AFI Silver (Silver Springs, MD)

À partir du 16 juillet
Landmark’s Chez Artiste (Denver, CO)

À partir du 23 juillet
Detroit Film Theatre (Detroit, MI)
Landmark’s Ken Cinema (San Diego, CA)
Landmark’s Embarcadero (San Francisco, CA)

À partir du 30 juillet
Rialto Elmwood (Berkeley, CA)

À partir du 13 août
Film Streams (Omaha, NE)
Cinema 21 (Portland, OR)
Plaza Classic Film Festival (El Paso, TX)

À partir du 19 août
Paramount Theatre (Austin, TX)

À partir du 20 août
Angelika Film Center (Dallas, TX)
The Screen (Santa Fe, NM)
The Belcourt Theatre (Nashville, TN)

À partir du 10 septembre
Landmark Theatres (St Louis, MO)
Kahala 8 (Honolulu, HI)

À partir du 15 octobre
Prytania Theatre (New Orleans, LA)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Des Intouchables en AmériqueDes Intouchables en Amérique Film événement avec près de 20 millions d’entrées en salles en France (contre 2,5 pour The Artist), Intouchables arrivent sur grand écran américain ce vendredi. Attendue au tournant par la […] Posted in Cinema
  • Le cinéma français à l’honneur à SacramentoLe cinéma français à l’honneur à Sacramento Sacramento accueille à partir de demain et jusqu'au 28 juin, la 8ème édition de son festival du film français.  Au programme de cet événement qui se déroulera sur deux week-ends […] Posted in Cinema