Subscribe

Le festival de Chicago fait la part belle aux films français

Le 46e Festival international du film de Chicago s’ouvre demain. Il fera découvrir jusqu’au 21 octobre 19 films réalisés ou co-produits par des Français. Seront présents les réalisateurs Olivier Ducastel(“L’Arbre et la forêt”), Sarah Bouyain (” Notre étrangère”) ou encore Roberto Garzelli (“Le sentiment de la chair”).

Le 46e Festival international du film de Chicago va faire cette année encore la part belle au cinéma d’art et d’essai français. Dans la programmation, 14 long-métrages tricolores et 5 autres productions internationales auxquelles ont participé des réalisateurs français. Certains ont déjà fait leur preuve outre-Atlantique, à l’image de Copacabana de Marc Fitoussi ou de la dernière création de Mathieu Almaric Tournée, encensée par la critique et récompensée par le Prix de la Mise en scène au dernier Festival de Cannes.

D’autres sont quant à eux passés plus discrètement sur les écrans français comme L’arbre et la forêt de Jacques Martineau et Oliver Ducastel, dont la présence a été confirmée pour le festival, Un homme qui crie de Mahamet-Saleh Haroun qui a reçu le Prix du jury  à Cannes, ou encore le très controversé Homme au bain de Christophe Honoré. Trois longs-métrages abordant le thème de l’amour, dont les sorties sont prévues pour la fin de l’année en France seront aussi à découvrir durant ce festival .

Il y a d’abord l’histoire de cette fille partie à la recherche de sa mère au Burkina Faso dans Notre étrangère, histoire mise en images par Sarah Bouyain que l’on retrouvera lors de la projection à Chicago. Dans Le sentiment de la chair, Roberto Garzelli, qui sera également sur le tapis rouge pour la présentation de son film, plonge sa caméra au coeur d’une passion charnelle entre un chirurgien et une étudiante en dessin anatomique, tous deux fascinés par le corps humain. Enfin, s’appuyant sur les performances d’acteurs de Mélanie Thierry, Gaspard Ulliel et Lambert Wilson, le réalisateur lyonnais Bertrand Tavernier raconte dans  La princesse de Montpensier une romance impossible sous le règne de Charles IX, inspirée de la nouvelle éponyme de Madame de Lafayette.

Ce film, avec Nannerl, la soeur de Mozart de René Féret,  sera  en compétition dans la catégorie du meilleur film international. A noter également que Denis Dercourt, le réalisateur de Demain dès l’aube, sera d’ailleurs un des membres du jury. « Notre objectif c’est vraiment de faire découvrir à quoi ressemble le cinéma français contemporain », souligne Mimi Plauché, la responsable de la programmation.

Infos pratiques:

46e Festival international du film de Chicago, du 7 au 21 octobre, AMC East 221, 322 E. Illinois Street à Chicago.

www.chicagofilmfestival.com

Bande-annonce de La princesse de Montpensier de Bertrand Tavernier :

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related