Subscribe

Le FMI dément tout favoritisme de DSK dans l’octroi d’un stage à une Française

Le Fonds monétaire international a démenti mardi tout favoritisme dans l’attribution d’un stage à une Française de 26 ans, que le Wall Street Journal a présentée comme une “protégée politique” du directeur général de l’institution Dominique Strauss-Kahn.

“Il n’y a pas de preuve de favoritisme dans cette affaire et l’enquête a prouvé que les procédures habituelles du FMI ont été suivies concernant ce stage de deux mois”, a indiqué un porte-parole de l’institution à l’AFP.

Ce démenti vient trois jours après la révélation d’une autre enquête sur des soupçons de favoritisme au profit d’une subordonnée de M. Strauss-Kahn d’origine hongroise avec laquelle il a eu une relation intime.

Selon le Wall Street Journal de mardi, des employés du FMI se sont plaints de l’attribution d’un stage à Emilie Byhet, estimant qu’elle n’avait pas les compétences pour entrer au département recherche de l’institution.

“Le principal critère pour un stage n’est pas l’expérience professionnelle mais une formation académique solide. Mlle Byhet a deux diplômes de l’enseignement supérieur en histoire économique de la Sorbonne et un en politiques publiques et communication de l’Institut d’études politiques de Paris. Cette formation est significative et nous avons par le passé embauché comme économistes des candidats avec un diplôme d’enseignement supérieur”, a poursuivi le porte-parole.

“Les accusations concernant ce stage ont été à l’origine portées à l’attention du comité d’éthique du conseil exécutif cet été. Le conseil a fait état de l’affaire aux départements juridique et des ressources humaines, qui ont mené une enquête approfondie”, a indiqué ce porte-parole.

Selon lui, “aucune découverte significative n’a été faite pendant l’enquête interne menée en juillet et achevée en septembre”.

Le FMI a démenti tout lien avec l’affaire sur la relation extra-conjugale entre M. Strauss-Kahn, âgé de 59 ans, et Piroska Nagy, une ancienne haute responsable hongroise du département Afrique du FMI. Cette affaire a poussé le Fonds à engager un cabinet d’avocats qui doit rendre ses conclusions à la fin du mois.

Ce cabinet d’avocats “est averti de l’affaire” de Mlle Byhet, “et a obtenu un accès complet à l’enquête interne”, mais les deux procédures n’ont aucun lien l’une avec l’autre, a ajouté l’institution.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related