Subscribe

Le football français pose ses premiers crampons en Californie

Le Français Alexis Gallice va ouvrir cet été un centre d’entraînement de football d’un nouveau genre à San Clemente. Il espère ainsi créer le lien, quasi-inexistant aujourd’hui, entre football amateur et professionnel aux Etats-Unis.

La French touch n’est pas qu’une question de musique ou de mode. C’est aussi une certaine idée du football. Et c’est avec cette volonté de développer aux Etats-Unis une “formation à la française” qu’Alexis Gallice va ouvrir très prochainement un centre d’entraînement, le French Soccer Institute (FSI). Alexis, fils de l’ancien footballeur international Jean Gallice, a décidé de poser ses valises en Californie, à San Clemente, début juin pour mener à bien son projet.

Aujourd’hui, les clubs de football professionnels aux Etats-Unis ne comptent que sur leurs propres académies pour alimenter leurs équipes. Passant ainsi à côté de nombreux joueurs qui n’ont pas les moyens de rejoindre ses académies ou alors qui ont tout simplement envie de continuer leur cursus scolaire. “Contrairement à la France, le football amateur ici ne nourrit pas le football professionnel. C’est une erreur. Il passe à côté de pleins de gamins qui ne sont pas pris par les académies des clubs professionnels de Major League Soccer (MLS) et qui, en conséquence, arrête le football. C’est dommage car certains joueurs ne se révèlent qu’à 20 ans. D’où l’intérêt d’un centre d’entraînement comme le FSI qui va créer ce lien essentiel entre football amateur et professionnel”.

La formation à la française

La structure prendra en charge des filles et garçons âgés de 12 à 18 ans après les cours, afin de ne pas déscolariser les enfants qui souhaitent rejoindre le FSI. “En France, la scolarité est généralement comprise dans le centre d’entraînement. Notre stratégie est différente car nous voulons que l’enfant soit épanoui dans sa vie sociale, et puisse continuer à étudier normalement”.

Pour le reste, le FSI reprendra la plupart des ingrédients qui ont fait les succès de la formation à la française. “La France est la crème de la crème en matière d’éducation sportive. Nous comptons apporter notre savoir-faire et notre expérience conséquente aux Etats-Unis” . Après avoir participé à plusieurs reprises à des championnats régionaux de clubs en Californie et dans le New Jersey, Alexis Gallice a constaté de vraies carences dans plusieurs domaines. “Physiquement les jeunes américains ont un bon niveau, mais ils ont de grosses lacunes tactiques et techniques. Et pour transmettre ces compétences aux jeunes Américains, Alexis Gallice peut s’appuyer sur une équipe technique de choix, avec en tête son père Jean Gallice et Jean-François Hodar, deux anciens sélectionneurs des équipes de France de jeunes.

Un tremplin vers le monde professionnel

Les premiers camps auront lieu en août, de même que les sélections pour la constitution des équipes de jeunes (U12 à U18). Quant aux équipes premières masculines et féminines (inscrites en NPSL et WPSL, les plus hauts championnats amateurs), elles seront créées pour la saison 2014. Grâce à ces équipes, Alexis Gallice espère que le FSI devienne rapidement un tremplin pour les jeunes joueurs qui souhaitent intégrer le monde professionnel. Des accords avec des équipes professionnels de MLS devraient d’ailleurs être trouvé. “On est en contact avec les Los Angeles Galaxy notamment. On espère aussi nouer des liens avec des clubs français comme Lyon ou Bordeaux”, précise le Français.

Alexis Gallice, qui travaille sur ce projet depuis sept ans, est convaincu que les clubs américains trouveront beaucoup d’avantages à recruter des joueurs issus du FSI. “Nous ne sommes pas en concurrence avec eux. On est là pour les alimenter gratuitement en joueurs qui auront été formés par une équipe technique pleine d’expérience. Et comme le modèle du FSI n’est pas articulé sur la vente de joueurs, on sera vigilant à ce que chaque enfant, suivi par des clubs, prenne une décision réfléchie dans le cadre d’un plan de carrière.”

Avec un budget de départ d’environ 500 000 dollars, Alexis Gallice a comme objectif un chiffre d’affaires de 10 millions de dollars. Et, déjà, le Français espère ouvrir plusieurs centres d’entraînement dans d’autres régions des Etats-Unis “New York, la Floride, le Texas…la réussite tient de la dynamique que l’on saura créer au niveau local. A San Clemente, on va vraiment essayer de s’intégrer à la communauté. On ne veut pas être une tour d’ivoire à l’extérieur de la ville. En France, il nous aurait fallu 20 ans pour monter ce projet et se faire accepter”. L’intérêt porté par le FSI à cette ville du sud de la Californie semble en tout cas ravir les locaux, qui rêve déjà d’un San Clemente au “Taste of France”…

 

– Les summer camps dédiés aux jeunes garçons et filles U10 à U16 seront mis en place pendant quatre semaines sur la période du 5 août au 30 août,
– Les pre-camps avec des programmes spécifiques pour les jeunes (filles et garçons) de plus de 16 ans rentrant à l’université ou au lycée seront organisés sur trois semaines du 19 août au 6 septembre. Cliquez ici pour connaître toutes les dates des camps d’été.

Pour plus d’informations : www.frenchsoccerinstitute.com

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • France-USA, un match pour l’histoireFrance-USA, un match pour l’histoire Mercredi à midi à New York, 18 heures à Paris, l'équipe de France féminine de football jouera une place en finale de la Coupe du monde face aux États-Unis. Un match qui devrait être très […] Posted in Opinion
  • La FFF sans président jusqu’au 23 juilletLa FFF sans président jusqu’au 23 juillet La désignation du président par intérim de la FFF, en remplacement de Jean-Pierre Escalettes, a été repoussée au Conseil fédéral du 23 juillet, a annoncé vendredi le président de la Ligue […] Posted in Opinion