Subscribe

Le français en héritage

Les services culturels de l’ambassade de France à New York accueillaient vendredi 16 juillet les jeunes participants au camp d’été du French Heritage Language Program. Ils ont reçu chacun un certificat d’excellence. Compte-rendu en son et en chansons.

Le camp d’été (Summer Camp) du French Heritage program a pris fin dans une ambiance festive pour les 55 participants et leur famille, invités vendredi 16 juillet à recevoir un certificat d’excellence aux services culturels de l’ambassade de France à New York. Chant, masques de crocodile, sketchs, chacun y a mis du sien pour parler français. Organisé par FACE (French American Culture Exchange) en partenariat avec le Centre de la francophonie des Amériques, le French Heritage Language Program propose aux enfants de progresser et d’apprendre le français tout en s’amusant grâce au théâtre, aux chansons, à des sorties au musée ou à la danse. Deux semaines intensives d’apprentissage ludique. « Les enfants ont adoré », assure l’une des quatre enseignantes de l’organisme, Louiza Boudjemai.

{{a:1}}

Les parents des participants sont généralement déjà francophones, originaires d’Afrique, de France ou d’Haïti pour la plupart. « Les familles veulent garder un lien culturel, elles ont peur que les nouvelles générations oublient le français en s’intégrant rapidement aux États-Unis », explique David Lasserre, ancien enseignant de français et coordinateur du programme. En cinq ans d’existence, la vocation de la fondation reste la même, aider la communauté francophone en donnant des cours gratuits toute l’année scolaire et en organisant un stage estival annuel. Le réseau, qui était limité à quelques associations et aux lycées internationaux de Manhattan, du Bronx et de Brooklyn se développe aujourd’hui à Miami où 50 jeunes Haïtiens ont participé au camp d’été cette année et s’étendra prochainement à Boston. Un deuxième groupe de 14 adolescents démarre aussi le camp d’été lundi 19 juillet à New York.

L’un des exercices du camp consistait à écrire des histoires. Le petite Déborah nous conte la sienne. {{a:2}}

Certains parents, non francophones, envisagent l’apprentissage du français comme un avantage professionnel ou personnel. La maman de Mouiz (8 ans), Insha Hussain, ne parle pas français mais pense que « c’est une langue très populaire et intéressante » et a donc inscrit son fils dans un cursus bilingue anglais-français. Quant à Andrea Elish, mère de la petite Cassie (7 ans), être bilingue, c’est « ouvrir de nouvelles perspectives et porter un regard vaste sur le monde ». Les adolescentes qui participaient au French Heritage Language Program y voient un tout autre intérêt. L’une d’elle s’exclame pendant son sketch: « Le français, c’est la langue de l’amour… et je veux un amoureux français ! »

Prenant en compte les origines de ces enfants, l’équipe pédagogique leur ont appris un chant haïtien en créole{{a:3}}

Infos pratiques :

Les deux semaines de camp d’été annuel du French Heritage Language Program coûtent 650 $ ou 65 $ pour les boursiers (sur présentation d’un justificatif)

Contacts : heritageprogram@facecouncil.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related