Subscribe

Le galeriste français Emmanuel Perrotin s’établit à New York

Après Paris et Hong Kong, le galeriste français Emmanuel Perrotin a inauguré sa première galerie à New York, sur Madison Avenue.

Entouré du chanteur Pharrel Williams et de l’artiste français J.R., Emmanuel Perrotin a ouvert en grande pompe sa première galerie aux Etats-Unis. Une grande fête pop avait lieu à sa galerie au 909 Madison Avenue suivie d’une soirée mondaine au Russian Tea Room. Une inauguration très médiatique. Figure importante de l’art contemporain, Emmanuel Perrotin fête cet automne les 25 ans de sa galerie parisienne. En ouvrant une nouvelle galerie à New York, il continue son parcours atypique de dénicheur et de promoteur de talents. A 17 ans, il s’initie au monde des arts aux côtés d’un jeune marchand d’œuvres avant-gardistes. A 21 ans, il ouvre une première galerie dans son appartement du Marais, transférée plus tard rue de Turenne, dans un hôtel particulier de 700 mètres carrés. Avec un flair hors du commun, il réussit à représenter les plus originaux des artistes contemporains comme Damien Hirst, Xavier Veilhan ou Takashi Murakami.

Pour inaugurer la galerie de New York, Emmanuel Perrotin a décidé d’exposer les ours polaires en plumes de l’Italienne Paola Pivi jusqu’au 26 octobre 2013. Huit sculptures impressionnantes de nounours rouge, fuschia, vert, bleu ou orange dans des poses d’un néo-surréalisme onirique, amusant et attendrissant. KAWS, l’artiste américain multi-disciplinaire que le galeriste a largement contribué à faire connaître en France, sera ensuite au programme de la galerie Perrotin en novembre 2013, après une exposition à Philadelphie organisée par PAFA (Pennsylvania Academy of the Fine Arts) et une participation à la FIAC de Paris dans la sélection des artistes présentés par la galerie Perrotin.

Esthétique néo-pop

Natif du New Jersey, graffeur à l’origine, KAWS gagne d’abord en notoriété par ses détournements de publicités : il subtilise les panneaux d’affichage, dans les arrêts de bus, les cabines téléphoniques et les refaçonne dans un style pop-art. Ces permutations de l’imagerie populaire lui assurent le suivi fidèle de différents publics – et de clients – fascinés par son nouveau langage visuel à la fois familier et subversif.

Disney l’embauche pour créer des arrières-plans de dessins animés, puis pour retravailler les créations légendaires de Pinocchio et de Jiminy Cricket. LVMH lui commande une édition spéciale de la bouteille de cognac Hennessy. La boutique colette de la rue Saint-Honoré est la première à accueillir une exposition personnelle de KAWS en 1999. Développant une identité graphique riche en couleurs, il devient rapidement un des champions modernes du street-art avec ses signatures originales. Il conçoit et produit aussi des jouets, très prisés au Japon, collabore au redesign d’icônes populaires telles les Simpsons, les Schtroumpfs, ou Bob l’Eponge.

L’an dernier, consécration ironique pour cet ancien spécialiste de graffitis, le métro de New York fait appel à lui pour égayer une ligne qui relie Grand Central à Times Square. Ses œuvres évoluent mais toujours elles interpellent. Comme COMPANION et CHUM, sculptures monumentales rappelant Mickey Mouse et Bibendum Michelin si ce n’est qu’elles ont des têtes de mort et les célèbres X X à la place des yeux ou le récent COMPANION 5YL, mi-robot, mi-écorché, muscles et boyaux apparents. Ironiques, inquiétante et ludiques, les créations de KAWS confirment l’orientation pop de la nouvelle galerie d’Emmanuel Perrotin.

Galerie Perrotin

909 Madison Avenue & 73rd Street, Upper East Side, New York

212 812 2902

Ouvert du mardi au samedi de 10 heures à 18 heures

Paola Pivi  “Ok, you are better than me, so what?”, jusqu’au 26 octobre 2013

KAWS “Pass the blame” du 2 novembre 2013 au 21 décembre

www.perrotin.com

PAFA (Pennsylvania Academy of the Fine Arts)

Exposition KAWS du 12 octobre 2013 au 5 janvier 2014

118 North Broad Street, Philadelphia, PA

215-972-7600

Ouvert du mardi au samedi de 10 heures à 17 heures. Ouvert le dimanche de 11 heures à 17 heures.

www.pafa.org

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related