Subscribe

Le général Petraeus défend à Paris la stratégie de l’Otan en Afghanistan

Le commandant en chef américain de la force internationale en Afghanistan (Isaf), le général David Petraeus, a défendu mardi à Paris la stratégie de l’Otan pour transférer d’ici 2014 la sécurité du pays aux autorités afghanes, tout en reconnaissant que beaucoup reste à faire.

En visite en France après le sommet de Lisbonne des 19 et 20 novembre, le général, a fait le bilan de 22 mois d’efforts pour redresser la situation en Afghanistan, depuis l’entrée en fonctions de Barack Obama. “Il est vital que l’Afghanistan ne redevienne jamais plus un sanctuaire pour les extrémistes”, a-t-il résumé lors d’une conférence dans un grand amphi de Sciences-Politiques. La seule façon d’atteindre cet objectif est, selon lui, “d’aider les Afghans à assurer leur sécurité eux-mêmes”.
Evoquant la montée en puissance de ses effectifs sur le terrain, il a noté que l’activité militaire de l’Otan s’accompagne notamment d’un intense effort de formation des forces afghanes en vue d’un transfert de responsabilités. De quelque 40.000 en 2007, les effectifs des forces de police et de l’armée afghanes ont atteint aujourd’hui 260.000, avec une progression de 70.000 au cours de l’année écoulée, a-t-il souligné.
Le général, qui s’est entretenu lundi avec les députés et le ministre de la Défense, Alain Juppé, a souligné la coopération des forces pakistanaises dans la zone tribale entre les deux pays qui sert de refuge aux talibans. “Nous avons été très actifs pour construire une relation avec les leaders pakistanais” et en leur apportant une assistance, a-t-il affirmé, soulignant qu’il s’agissait “d’éléments importants d’une approche globale”.

Samedi à Lisbonne, les dirigeants de l’Otan se sont mis d’accord sur une stratégie de retrait d’ici 2014 d’une majorité de leurs quelque 150.000 soldats d’Afghanistan, en transférant la responsabilité des combats à l’armée afghane. Interrogé sur l’état réel des forces afghanes, il s’est déclaré “conscient qu’il y a encore beaucoup à faire” avant que les Afghans prennent complètement en charge leur sécurité et que “les progrès sont fragiles et réversibles”. Il a cependant rappelé que l’objectif de transférer la sécurité du pays aux Afghans d’ici la fin 2014 avait été fixé par le président afghan Hamid Karzaï en juillet dernier et la qualifié de “raisonnable”.

A la tête de l’Isaf depuis juin 2010, le général Petraeus a par ailleurs souligné le soutien des forces de l’Otan aux efforts de réconciliation des autorités afghanes et à la réintégration de milliers de détenus dans la société. Il a également évoqué le travail de reconstruction d’écoles, de routes, d’édifices publics détruits dans un pays en guerre depuis 40 ans, soulignant que cet aspect de l’activité des forces de l’Otan “prend du temps”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related