Subscribe

Le gouvernement de François Fillon a démissionné

Le gouvernement de François Fillon, l’unique Premier ministre du quinquennat de Nicolas Sarkozy, a démissionné jeudi à la mi-journée, dans la foulée de la proclamation officielle des résultats de la présidentielle et à cinq jours de l’investiture de François Hollande.

La démission a été transmise “à l’heure du déjeuner” par un garde républicain à M. Sarkozy, qui l’a acceptée, ont indiqué Matignon et la présidence de la République. M. Fillon “assure, avec les membres du gouvernement, le traitement des affaires courantes jusqu’à la nomination du nouveau gouvernement”, a précisé l’Elysée. Par le passé, en pareilles circonstances, les Premiers ministres ont toujours remis la démission de leur gouvernement aux présidents en exercice à la veille de l’investiture du nouveau chef de l’Etat.

La démission du gouvernement Fillon est intervenue peu après la proclamation des résultats officiels de la présidentielle par le conseil constitutionnel, ainsi qu’au lendemain du dernier Conseil des ministres qui, de l’aveu général, a été empreint d’une grande émotion. A cette occasion, le président sortant a confirmé sa volonté de s’éloigner de la vie politique. Un temps ou pour toujours? Si la question est restée en suspens, Roselyne Bachelot a tranché jeudi: “Nicolas Sarkozy, arrêter la politique? Même pas en rêve!” A court terme, l’avenir de l’UMP passe par les législatives de juin.

Réuni en bureau politique jeudi matin, le futur-ex parti présidentiel a adopté comme slogan de campagne “Ensemble choisissons la France”. Un choix en réaction à la fête de la Bastille dimanche soir “où il y avait autant de drapeaux étrangers” et “peu de drapeaux tricolores”, a expliqué le patron de l’UMP, Jean-François Copé, sifflant la fin de la trêve. “Quatre jours ont passé, nous pensons qu’il est peut-être bien que l’on puisse maintenant commencer, chacun, à réaliser ce que ça veut dire François Hollande président de la République!”, a-t-il clamé.

En retour, l’eurodéputé PS Stéphane Le Foll, proche de M. Hollande, a accusé l’UMP de vouloir “capter l’idée de la France”. Le choix de ce slogan a été arrêté lors d’un petit-déjeuner à la questure de l’Assemblée nationale organisé par M. Copé. Lors de cette réunion, il a par ailleurs été confirmé que le programme de l’UMP, concocté à l’automne et très largement approuvé par les instances du parti en janvier, servirait de “base” au programme législatif.

Ces questions ont ensuite été abordées lors de la première réunion du “comité stratégique de campagne”, qui comprend une bonne quarantaine de membres dont l’équipe dirigeante du parti, M. Fillon et plusieurs ministres. Dans une interview au Figaro, l’eurodéputé et ancien ministre UMP Alain Lamassoure a estimé que la droite ne pouvait se dispenser d’un leader de campagne qui sera aussi son candidat pour Matignon si son camp l’emporte.

Mais la question pose problème compte tenu de la rivalité entre le N.1 du parti Jean-François Copé et François Fillon, qui peut se prévaloir d’une rare longévité au poste de Premier ministre dans l’histoire de la Ve République. Si les relations au sein du couple exécutif sortant ont été en dents de scie, M. Fillon a eu droit mercredi à un hommage appuyé de Nicolas Sarkozy. “Il n’y a pas eu de couple qui se soit aussi bien entendu dans la Ve République”, a affirmé le président sortant, selon plusieurs témoignages. “On était différents. Heureusement qu’on était différents, les deux mêmes ça aurait été insupportable”, a-t-il ajouté.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related