Subscribe

Le groupe de rock MGMT ne veut pas de l’euro symbolique de l’UMP

L’avocate française de MGMT a dénoncé mercredi une proposition “méprisante” de l’UMP qui lui a offert un euro symbolique d’indemnisaton pour avoir utilisé sans autorisation la musique du groupe rock new-yorkais lors de deux meetings et sur internet.

“Cette proposition est peu respectueuse du droit des auteurs et des artistes. Elle est méprisante”, a expliqué à l’AFP Isabelle Wekstein. Le directeur général de Blue Advertainment, agence responsable de la communication de l’UMP, a adressé le 16 février un courrier à l’avocate dans lequel il reconnaît avoir commis une erreur non intentionnelle, par “manque de vigilance”, et lui propose “à titre symbolique” un euro d’indemnisation pour le préjudice subi.

Le titre +Kids+ du groupe MGMT, très populaire auprès des jeunes, a été utilisé par l’UMP lors du Conseil national du 24 janvier et du premier déplacement du nouveau secrétaire général, Xavier Bertrand, le lendemain en Maine-et-Loire. Il a également été diffusé dans deux vidéos sur le site de l’UMP.

“Ce sont des actes de contrefaçon, une atteinte au droit de la propriété intellectuelle”, selon l’avocate qui réclame une indemnisation à l’UMP.

Cette polémique intervient au moment où l’Assemblée nationale s’apprête à examiner, le 4 mars, un projet de loi du gouvernement visant à réprimer le piratage des oeuvres culturelles sur internet.

“Il fallait prévoir des indemnisations. Ceci est totalement normal. La musique utilisée dans les meetings l’a été dans le cadre de la Sacem et donc en payant des droits à la Sacem. Nous sommes en train de regarder pour qu’il y ait une juste indemnisation du groupe”, avait reconnu Xavier Bertrand.

“La déclaration à la Sacem dont j’ai connaissance, d’un montant de 53 euros, ne concerne que le premier meeting et ne règle en aucun cas la question de l’autorisation d’exploitation nécessaire”, explique de son côté Me Wekstein.

“Avant que le groupe n’intervienne, l’UMP avait déjà été mise en demeure fin janvier par le groupe Universal (éditeur du groupe), dans un courrier lui spécifiant qu’elle n’avait pas obtenu l’accord de MGMT, ni de son éditeur pour utiliser une de leurs oeuvres dans un meeting politique”, souligne l’avocate en évoquant “une certaine désinvolture” de l’UMP dans cette affaire.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related