Subscribe

Le groupe de rock new-yorkais MGMT épargne l’UMP

L’Union pour un mouvement populaire (UMP) évite la plainte de justesse. Le groupe de rock new-yorkais MGMT reproche au parti de Nicolas Sarkozy d’avoir utilisé sans autorisation son titre « Kids » lors de deux meetings et sur son site internet. L’UMP est en discussion avec les deux musiciens de Brooklyn. La formation politique leur avait à l’origine proposé un euro symbolique en guise de dédommagement, une somme jugée « méprisante » par l’avocate du groupe, Isabelle Wekstein.

« Cela me paraissait invraisemblable ! Je ne pensais pas que l’UMP allait oser faire ça », s’exclame Isabelle Wekstein, avocate du groupe MGMT. Après avoir utilisé sans autorisation « Kids », le tube des deux rockeurs de Brooklyn lors de deux meetings et sur son site internet, le parti majoritaire avait dans un premier temps proposé de verser un euro symbolique.

Outrés par cette somme, Ben Goldwasser et Andrew VanWyngarden, les deux membres de MGMT avaient alors menacé de poursuivre le parti politique en justice pour violation des droits d’auteurs. « La direction de l’UMP dit qu’elle n’a pas envoyé la lettre avec cette proposition de dédommagement. J’ai reçu une lettre de Christophe Lambert, un publicitaire qui répondait pour elle. Pour moi, une personne qui m’écrit de la part de l’UMP est forcément mandatée », estime l’avocate française.

Suite aux répercussions du litige dans la presse française et internationale, l’UMP a retiré le titre de son site et a proposé une indemnisation au groupe américain. Hasard du calendrier, cette affaire survient en plein examen du projet de loi « Création et Internet », visant, entre autres, à lutter contre le piratage. « Il est incroyable qu’un parti politique qui fasse voter une loi pour poursuivre les internautes qui téléchargent illégalement, ne se prive pas de commettre des actes de contrefaçon. C’est extrêmement anormal ! », s’étonne Isabelle Wekstein.

En pleine négociation avec l’UMP, MGMT demande des dommages et intérêts qui seront versés à un fond qui défend le droit moral des artistes, ainsi que le remboursement des frais d’avocat et de justice.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related