Subscribe

Le “James Bond du calva” échoue en appel à faire interdire un livre

L’ancien trafiquant de calvados Pierre Dubourg, surnommé en Normandie “James Bond de la goutte”, a été débouté mardi en appel à Caen de sa demande d’interdiction d’un livre sur l’histoire de la distillation frauduleuse de cet alcool dans la région qui fait allusion à son personnage.

Contrairement à ce que prétend celui qui fit l’objet de plusieurs condamnations dans les années 1970 et 1980, les “appréciations, même critiques” que livrent Marie-France Comte dans “Normandie Connexion” ne “constituent pas une atteinte à la vie privée”, selon la cour d’appel.

Et ce, “faute de révéler quoi que ce soit et notamment pas un fait” concernant l’Ornais qui avait équipé sa DS de multiples options – jets d’huiles, phares aveuglants, distributeurs automatiques de clous et plaques d’immatriculation pivotantes – pour échapper aux gendarmes.

La presse s’était largement faite l’écho à l’époque des trafics divers (alcool, faux billets) imputés au plaignant, de même que de barrages douaniers ou de gendarmerie, notamment en Belgique. M. Dubourg, qui apparaît sous le nom de Ducourt dans le livre, “n’avait pas” à l’époque “sollicité l’interdiction de (ces) publications”, soulignent les juges.

Quant à l’évocation des photographies à caractère pornographique affichées dans son atelier de distillation, “il est difficile de (les) rattacher à la vie privée de l’intéressé”, car “la logique institutionnelle tend à ce que la production illégale d’alcool et ses circonstances ne restent pas secrètes”.

Les Editions de l’Ornal, à Alençon, annoncent avoir vendu pour l’heure de 6.000 à 6.500 exemplaires de “Normandie Connexion”, depuis sa publication début 2009.

La cour d’appel a ainsi confirmé un jugement du tribunal de grande instance de Lisieux du 15 octobre 2009.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related