Subscribe

Le Jazz Hot, un hommage musical à la France qui swingue

Le spectacle musical Le Jazz Hot : how the French saved jazz propose de (re)découvrir le passage en France des grands musiciens de jazz américains, de la fin de la Deuxième guerre mondiale aux années 60. Emmené par Peter et Will Anderson, ce talentueux quintet se produit jusqu’au 29 décembre aux 59E59 theaters de New York.

Musique communautaire américaine, le jazz en France fut d’abord porté par une poignée de passionnés. Charles Delauney fonde en 1935 Jazz Hot, la première revue consacrée à cette musique. Deux ans plus tard, il crée le label pionnier Swing avec le Hot Club de France. Le jazz s’est implanté avec la présence de l’armée américaine suivant la libération de la France en 1945.

Dans le sillage de Josephine Baker, arrivée en France en 1925 et qui a ensuite acquis la nationalité française, une poignée de musiciens américains se sont rendus à Paris, et ont connu une reconnaissance critique et publique sans équivalent à l’international. Selon la formule discutable de Quincy Jones, “sans la France, le jazz serait mort”. L’arrivée de ces artistes ne fut pas massive et très rarement définitive. De ces résidences sont nées des collaborations musicales et des classiques, que Le Jazz Hot revisite avec simplicité.

Au saxophone et à la clarinette, les jumeaux Anderson sont de jeunes virtuoses qui rendent ici hommage à la France comme terre d’accueil de leur musique de prédilection. Leur quintet, avec le français Clovis Nicolas à la basse, Alex Wintz à la guitare et Luc Decker à la batterie, joue avec un plaisir visible les titres français de Louis Armstrong, Duke Ellington, Sidney Bechet, Dizzy Gillespie ou Kenny Clarke. L’ensemble musical fait aussi part de son admiration pour les compositions du guitariste prodige Django Reinhardt. Les morceaux sont entrecoupés de passages vidéo, parfois trop didactiques, qui retracent le mythe de ces expatriés de la musique. L’arrangement jazzy du Clair de Lune de Debussy pour accompagner Le ballon rouge, le célèbre court-métrage d’Albert Lamorisse (1956), parenthèse poétique, constitue l’un des meilleurs moments du spectacle.

Le Jazz Hot : how the French saved jazz

59E59 Theaters

59 E 59th street

New York, NY 1002

Jusqu’au 29 décembre

Renseignements et billetterie : www.59E59.org

 

 

 

 

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related

  • Joséphine Baker, la résistanteJoséphine Baker, la résistante "J'ai deux amours, mon pays et Paris", chantait Joséphine Baker au Casino de Paris dans les années 1930. Quarante ans après sa disparition, la célèbre danseuse et chanteuse Afro-Américaine […] Posted in Culture, History
  • “Django”: Reinhardt Unchained“Django”: Reinhardt Unchained The first feature-length movie from Etienne Comar, out in U.S. theaters on January 5, portrays a little-known episode in the life of the great Romani guitarist Django Reinhardt. During […] Posted in Culture, Cinema