Subscribe

Le juge sceptique sur l’immunité de DSK aux Etats-Unis

Un procès à New York paraît de plus en plus envisageable alors que se tenait aujourd’hui dans le Bronx la première audience civile opposant Nafissatou Diallo à Dominique Strauss-Kahn. Si les avocats de l’ex-patron du FMI ont demandé le classement de la plainte au nom de l’immunité de leur client, le juge McKeon s’est montré très dubitatif face aux arguments de la défense.

“Dominique Strauss-Kahn n’est pas au-dessus des lois”. L’avocat de Nafissatou Diallo, Douglas Wigdor, a fait preuve d’un argumentaire radical. Et, semble-t-il, efficace auprès du juge.

Lors de cette première audience civile, le juge du tribunal du Bronx devait entendre les avocats des deux parties afin de décider si l’ancien directeur du FMI dispose d’une immunité au regard de la justice américaine. Si tel est le cas, il n’y aura pas de procès civil, et donc pas de dédommagement pour la plaignante.

Mais au vu de l’audience, le juge McKeon s’est montré très perplexe face aux arguments de la défense. Interrompant régulièrement l’avocat de DSK, le juge a semblé agacé par le camp Strauss-Kahn. Mis en difficulté par les questions incessantes et très précises du juge, le répresantant de DSK, Amit P. Meht, n’a cessé de rappeler que l’ex-président du FMI bénéficie d’une immunité, selon la Convention internationale sur les privilèges et immunités des agences spécialisées, adoptée par les Nations Unies en 1947.

Sceptique, le juge a alors demandé à l’avocat si la relation sexuelle avec Mme Diallo faisait partie de ses tâches de directeur général du FMI. Silence de la défense. Le juge a ensuite évoqué le règlement interne au Fonds monétaire international, qui stipule que ses responsables peuvent prétendre à une immunité, mais uniquement dans le cadre de leurs fonctions officielles.

“Mme Diallo n’attend qu’une chose : la tenue d’un procès”

Après une heure d’interrogatoire de la défense, Douglas McKeon s’est adressé à l’avocat de Nafissatou Diallo, Douglas Wigdor, qui n’a eu qu’à reprendre les arguments apportés par le juge lui-même. Ce dernier s’est également demandé pourquoi l’immunité n’a pas été avancée par les avocats de DSK lors de la plainte au pénal. “Vous auriez pu éviter trois mois d’audience à votre client”, s’est-il amusé.

“Ils balancent cet argument de l’immunité pour gagner du temps”, a affirmé à la sortie de la cour civile du Bronx l’autre avocat de Nafissatou Diallo, Kenneth Thompson. “Et pendant ce temps-là, Mme Diallo est en souffrance, seule chez elle. Elle a mal au cou, à l’épaule, et est toujours en détresse émotionnelle à cause de ce qui lui est arrivé dans la chambre du Sofitel. Elle n’attend qu’une chose : la tenue d’un procès, afin que M. Strauss-Kahn soit condamné”.

Mais pour les avocats de DSK, la plaignante n’a qu’un seul but : l’argent. Et ils n’entendent pas se satisfaire d’un accord financier entre les deux parties pour éviter la tenue d’un procès long. “La plainte doit être classée”.

Epilogue dans quelques semaines avec la décision du juge. Mais au vu de cette audience préliminaire, la tenue d’un long procès semble de plus en plus probable.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related