Subscribe

Le maire de San Francisco, Gavin Newsom, rencontre Bertrand Delanoë à Paris

Le maire de San Francisco, Gavin Newsom, s’est rendu dimanche à Paris pour une visite où il était question des transports propres et de l’économie numérique. Il y est resté jusqu’à mardi soir. Programme de la tournée et explications du consul général de France à San Francisco, Pierre-François Mourier.

Entre Paris et San Francisco, c’est une histoire d’amitié qui remonte à 1996, l’année où Willy Brown, alors maire de San Francisco, avait signé avec Jean Tiberi, son homologue parisien, un accord de coopération. Dimanche, Gavin Newson, le maire de San Francisco, s’est envolé vers la capitale française pour une visite de trois jours. Objectifs : renforcer encore les liens entre les deux villes et rendre la politesse à Bertrand Delanoë, qui avait fait le déplacement en Californie en avril 2006. « Le but de cette rencontre est de montrer que Paris et l’Hexagone ne sont pas seulement des hauts lieux de culture mais aussi des endroits à la pointe de la technologie », explique le consul de France à San Francisco, Pierre-François Mourier, interrogé par France-Amérique. La visite sera, selon lui, axée autour de deux thèmes majeurs, le numérique et les transports « clean ».

En 2007 et 2008, les deux villes ont mené ensemble le programme « Digital Pathway », inspiré d’une initiative de San Francisco. Il s’agit d’un plan d’insertion des jeunes défavorisés mené grâce aux nouvelles technologies. « Nous allons poursuivre cette dynamique et signer un “Digital Pathway 2”, a expliqué Pierre-François Mourier. Mais le partenariat ne s’arrête pas là : prochaine étape, le projet « Sebastian », qui prévoit la mise en place d’une sorte de studio virtuel de production numérique, entre Paris et San Francisco. Ce pont numérique devrait être mis en place grâce à des dispositifs de visioconférence ouverts aux entrepreneurs, et à un réseau de coopération entre les co-working spaces, ces espaces de travail collaboratif qui commencent à se mettre en place à Paris.

La Cantine est l’un de ces lieux de co-working. Ouvert il y a moins d’un an au cœur du quartier du Sentier, à Paris, « c’est un espace de rencontre pour les acteurs du numérique. Le but est d’encourager et de stimuler les initiatives dans le domaine des nouvelles technologies », explique Pierre-François Mourier. Selon Stéphane Distinguin, président de Sillicon Sentier, l’association à l’origine du projet, « la Cantine a vocation à devenir le lieu des nouvelles technologies à Paris. » Le maire de San Francisco devrait visiter cet espace inspiré de la Sillicon Valley californienne mardi dans l’après-midi.

Le deuxième volet de la rencontre concerne ensuite les transports. Gavin Newsom doit s’entretenir avec les principaux dirigeants de la SNCF et d’Alstom dont François Lacôte, considéré comme le père du TGV. Ces rencontres ne sont pas anodines : en novembre dernier, les Californiens ont voté en faveur de la proposition 1A, qui prévoit la construction d’une ligne de train à grande vitesse entre Los Angeles et San Francisco. « Il ne s’agit pas de dire aux Américains, achetez nos train mais il s’agit tout de même de leur montrer ce que la France sait faire. Le TGV est le train le plus sûr et le plus propre au monde », a expliqué encore le consul. Gavin Newsom est également intéressé par le système des Vélibs, les vélos en libre service. Le maire devrait ainsi rencontrer messieurs Decaux, père et fils, de l’entreprise éponyme, J.C. Decaux, responsable du système Velibs pour la ville de Paris.

  • Leave a Reply

    Your email address will not be published. Required fields are marked *

    Related