Subscribe

Le mur, un documentaire sur l’autisme interdit en France

Selon la documentariste Sophie Robert et de nombreux spécialistes américains, le traitement de l’autisme en France est digne des années 1950 aux Etats-Unis.

Une telle position a valu à cette réalisatrice un jugement radical : hier, le tribunal de grande instance de Lille a interdit la diffusion de son film, Le mur. Visible sur Internet depuis septembre, il compile les témoignages de 27 psychanalystes français sur l’autisme. Sur le fond, tous expliquent que ce trouble du comportement est dû à un traumatisme, né d’une mauvaise relation avec la mère, trop fusionnelle ou trop distante. L’autisme relèverait donc de la psychologie. Or, la communauté scientifique internationale a admis en 2000 qu’il s’agit en fait d’un défaut neurologique.

“On pourrait penser que j’ai choisi des intervenants bizarres, un peu décalés ou d’un autre temps”, commente Sophie Robert, dont Le mur est le premier film en tant que réalisatrice. “Mais pas du tout ! Ce sont de grands noms de la psychanalyse française, qui appartiennent à des courants variés, et qui ont un discours majoritaire en France.” A l’écran, ils tiennent des propos tels que : “parfois, quand la mère est déprimée alors qu’elle est enceinte, ou après la naissance, l’enfant peut être autiste.” Une thèse choquante en Amérique.

Liberté d’expression censurée

Sophie Robert n’avait pas prévu de traiter ce sujet. Elle avait commencé une mini série documentaire sur la psychanalyse aujourd’hui en France et les théories qui ont cours. “Outrée par ce que je découvrais, j’ai décidé de faire un film uniquement sur le traitement des enfants autistes, pour alerter les gens et signaler le besoin urgent d’un débat.”

Trois des psychanalystes interrogés dans le documentaire ont porté plainte, “pour une question d’image” selon la réalisatrice. La justice leur a donné raison, estimant que le travail de montage n’est pas honnête. “La cour a pourtant eu accès aux rush”, souligne Sophie Robert, qui compte bien faire appel. Mais d’après elle, plusieurs autres psychanalystes préparent aussi un recours. Les dommages qu’elle a été condamnée à verser (12 000 euros par plaignant) mettraient en péril ses projets, ainsi que sa société de production. En attendant, elle présentait son film aujourd’hui à la “Conférence 2012 sur l’autisme”, à Philadelphie. “Il faut passer par les Etats-Unis pour faire connaître ce mur dans la psychanalyse française et le casser”, insiste-t-elle, tout aussi inquiète sur l’état de la censure et de la liberté d’expression en France.

http://www.soutenonslemur.org/

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related