Subscribe

Le parti de Poutine triomphe aux élections locales, l’opposition conteste

Le parti au pouvoir Russie unie a remporté haut la main les premières élections locales depuis le retour au Kremlin de Vladimir Poutine en mai, marquées par la défaite d’une figure de l’opposition dans la banlieue de Moscou et de multiples fraudes dénoncées lundi par l’opposition.

Russie unie a conservé sans surprise les cinq postes de gouverneurs – sur un total de 83 dans le pays – élus dimanche au suffrage universel direct pour la première fois depuis janvier 2005, selon les résultats publiés par la Commission électorale. Le principe de l’élection des gouverneurs, désignés jusqu’alors par le Kremlin, avait été réintroduit après le mécontentement dans le pays provoqué par les législatives controversées de décembre 2011 remportées par Russie unie, mais avec un système strict de sélection des candidatures par les assemblées locales.

Outre les gouverneurs des régions de l’Amour (Extrême-Orient), Belgorod (ouest), Riazan (sud-ouest), Novgorod (nord-ouest) et Briansk (sud-ouest), élus avec des scores allant de 65% à 79%, des scrutins locaux ont eu lieu dans plus de 70 régions, suscitant une faible mobilisation. Ces élections “sont une confirmation très importante de la confiance des citoyens russes en Poutine et dans sa ligne” politique, s’est félicité un dirigeant du parti au pouvoir, Sergueï Neverov, cité par l’agence Interfax.

Parmi les autres scrutins phare, l’opposante anti-Poutine et militante écologiste Evguenia Tchirikova, qui briguait la mairie de Khimki (banlieue de Moscou), au centre depuis des mois d’un bras de fer entre autorités et opposition, a été largement battue par le candidat du pouvoir. Le maire par intérim Oleg Chakhov (Russie unie) a remporté les municipales dans cette ville, la plus peuplée et la plus riche de la région de Moscou, avec 47,6% des voix, contre 17,6% pour Mme Tchirikova, qui a dénoncé des menaces contre les observateurs à ce scrutin où la participation a été inférieure à 30%.

“Manipulations encore plus sophistiquées”

L’opposante est à la tête d’un mouvement de riverains qui s’est battu pour empêcher l’abattage d’une partie de la forêt de Khimki, afin de construire une autoroute reliant Moscou à Saint-Pétersbourg, en dénonçant des intérêts financiers privés sur fond de corruption — un projet qui a suscité une mobilisation sans précédent. A Kaliningrad, enclave russe aux portes de l’Union européenne, le maire sortant, Alexandre Iarochouk (Russie unie), a été réélu avec 56,62% des voix. Il devra gérer, dans les cinq ans à venir, plusieurs milliards de roubles d’investissements destinés aux préparatifs pour la Coupe du monde de football en Russie en 2018, Kaliningrad étant l’une des 11 villes hôtes.

Dans l’ensemble, ces élections ont été marquées par des “manipulations encore plus sophistiquées qu’en décembre 2011”, aux législatives remportées par Russie unie, écrit le quotidien Vedomosti lundi. Le dirigeant du parti Russie juste (centre-gauche), Sergueï Mironov, le chef du parti d’opposition Iabloko, Sergueï Mitrokhine, et le leader communiste Guennadi Ziouganov ont eux aussi dénoncé de multiples irrégularités.

Ce dernier a réclamé l’annulation des scrutins dans trois régions et appelé a poursuivre “la lutte pour des élections honnêtes”, thème qui a suscité au cours des dix derniers mois une mobilisation sans précédent de l’opposition en Russie depuis l’arrivée au pouvoir il y a 12 ans de Vladimir Poutine, président de 2000 à 2008, puis Premier ministre jusqu’à son retour au Kremlin en mai. L’ONG russe Golos, qui recense les fraudes électorales, a fait état de plus d’un millier d’irrégularités signalées par ses correspondants ou des internautes, mentionnées sur une “carte des violations” interactive.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related