Subscribe

Le Parti socialiste en fête à New York

La section du Parti socialiste de New York s’est réunie dimanche midi dans un restaurant du West Village, à Manhattan, pour regarder les résultats de l’élection présidentielle à la télévision. Entre enthousiasme et émotion, les militants de gauche ont savouré leur victoire ensemble, loin de la France.

Jusqu’à l’annonce des résultats, il ne fallait pas espérer écouter les interventions à la télévision des journalistes et politiques en direct du plateau de France 2. La section new-yorkaise du Parti socialiste (PS) était massivement rassemblée devant l’écran, pour célébrer une victoire considérée comme acquise dès 13 heures.

215 personnes s’étaient inscrites sur la liste pour pouvoir entrer dans le restaurant Murphy & Gonzales, dans le West Village à Manhattan. Au moins 200 autres étaient sur liste d’attente et ont été redirigées vers un café du quartier. Mais une petite foule s’est rapidement agglomérée le long des fenêtres du restaurant mexicain, pour profiter de l’ébullition et chanter en cœur des références bien françaises telles que “au revoir président”, une allusion à la publicité pour le loto en France. Le tout sous l’œil amusé des Américains passant dans la rue.

Si Martine Aubry était arrivée bien en tête des primaires socialistes à New York, les militants ont fait front uni dimanche à Manhattan, autour de leur candidat, François Hollande. C’est donc sans surprise qu’ils ont entonné “on a gagné” à l’heure du verdict et qu’ils ont hué tour à tour Jean-François Copé, Jean-Pierre Raffarin ou encore Nadine Morano quand ils apparaissaient à l’écran, tandis qu’ils ont acclamé les images de la place de la Bastille, à Paris, où se sont réunis les supporteurs de la gauche.

Prochaine étape : les législatives

Au milieu de cette effervescence, Julien Ducourneau, secrétaire de la section du PS à New York, s’est félicité du succès de la gauche : “c’est la première fois que mon vote participe à élire le président de la République !” C’est le point qu’a tenu à souligner également Corinne Narassiguin, la candidate socialiste aux élections législatives en Amérique du Nord : “j’avais 6 ans en 1981, la dernière fois que la gauche a été élue. J’appartiens à la génération qui vote pour la première fois pour gagner !”

L’occasion pour la candidate de rappeler qu'”il faut se mobiliser encore, pour tourner la page du sarkozysme aussi à l’Assemblée nationale.” Tandis que les feuilles d’inscription circulaient pour inciter les militants à faire des dons pour la campagne socialiste dans la circonscription, Corinne Narassiguin a nuancé : “malheureusement à New York, la droite nous mène encore la vie dure”, évoquant le score de 62% du président sortant, Nicolas Sarkozy, dans la Grosse Pomme. Elle a tout de même salué le bureau de vote de Brooklyn ainsi que le Canada, inclus dans sa circonscription, pour l’arrivée en tête de la gauche.

Selon Julien Ducourneau, l’élection de François Hollande “crée un appel d’air pour les législatives. Mais c’est la bataille de la participation qui se jouera en juin.” Michèle Moreau, militante encartée depuis janvier, est optimiste : “les Français des Etats-Unis étaient plus impliqués pour la présidentielle que pour les législatives mais je suis confiante pour Corinne Narassiguin parce qu’il y a une trop grande dispersion à droite et le principal candidat, Frédéric Lefebvre, ne parle même pas anglais !” Cette enseignante à la French-American School de New York qui vit dans le Bronx était samedi déléguée du PS au bureau de vote du Consulat, à New York. Dimanche, elle s’est enthousiasmée de pouvoir “revivre une élection de la gauche en tant que militante cette fois, et depuis l’étranger.”

La foule a commencé à se disperser après le discours du nouveau président, mais pas sans demander à répétition : “où fait-on la fête ce soir ?”

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related