Subscribe

Le plus jeune prisonnier de Guantanamo devant la justice

Le premier procès pour crime de guerre de l’administration Obama, celui d’Omar Khadr, un Canadien arrêté à 15 ans, s’est ouvert mardi sur la base américaine de Guantanamo devant un tribunal militaire d’exception.

Aujourd’hui âgé de 23 ans, le jeune homme qui a passé un tiers de sa vie dans les geôles de Guantanamo était présent à l’ouverture de l’audience et avait troqué la tenue blanche des détenus de Guantanamo dits “conciliants” pour un costume occidental avec cravate. Omar Khadr a gardé le suspense jusqu’au dernier moment sur sa présence à son procès. En juillet dernier, il avait menacé de boycotter les débats, jugeant la procédure “inéquitable”. La journée doit être consacrée à la sélection du jury militaire chargé de déterminer s’il est coupable et, s’il l’est, de fixer sa peine. L’audience a commencé par la lecture des cinq chefs d’accusation pesant contre Omar Khadr, dont “meurtre”, “espionnage” et “soutien matériel au terrorisme”. Ses avocats dénoncent le “premier procès d’un enfant-soldat de l’histoire moderne”. Quinze officiers militaires ont écouté les instructions du juge militaire, leur expliquant que le gouvernement américain avait la charge de prouver la culpabilité de l’accusé et qu’ils devaient prendre leur décision sans avoir de doute, mais sans “certitude mathématique” non plus.

L’accusation a ensuite commencé à poser ses questions, telles que: “pensez-vous qu’il est injuste de présenter comme preuve des déclarations faites par l’accusé ?”, notant ceux qui répondaient par l’affirmative ou la négative. La défense doit ensuite procéder au même interrogatoire avant que chaque juré potentiel fasse l’objet d’un interrogatoire individuel. Au bout de cette longue procédure, le jury sera composé d’au moins cinq officiers. Lundi, le juge militaire en charge du dossier, Patrick Parrish a créé la surprise en déclarant recevables les “aveux” que le jeune Canadien a fait à Bagram puis à Guantanamo selon lui sous la contrainte physique et mentale. Un interrogateur avait notamment expliqué en mai à la cour avoir menacé celui qui n’était alors qu’un adolescent de viol par plusieurs hommes s’il n’avouait pas. Ce militaire a été plus tard condamné en cour martiale pour des violences contre des détenus de la prison américaine de Bagram. D’autres témoins ont expliqué qu’il avait été interrogé la première fois alors qu’il gisait encore sur un brancard sous anesthésiants, après avoir subi plusieurs opérations chirurgicales lourdes ou qu’il avait été longuement menotté les mains à hauteur du visage, une cagoule sur la tête et sanglotant.

Omar Khadr est accusé d’avoir lancé la grenade qui a tué un soldat américain en juillet 2002 à Kost, en Afghanistan. L’adolescent a été grièvement blessé dans la bataille, perdant notamment l’usage de son oeil gauche. Il est le seul détenu de Guantanamo poursuivi pour “meurtre” et l’accusation a annoncé qu’elle demanderait la prison à vie s’il est reconnu coupable des faits reprochés. Très déçu, son avocat canadien civil Denis Edney a dénoncé une “honte”, estimant que “le juge Parrish doit retourner à l’école apprendre les bases du droit et de l’humanité”.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related