Subscribe

Le pont Coronado de San Diego pourrait être illuminé par une compagnie française

La ville de San Diego, située au sud de la Californie, a lancé en février dernier un appel d’offre pour la décoration du Coronado Bridge qui traverse la baie. Bideau, une entreprise française, est parmi les 3 finalistes.

« Nous sommes très satisfaits et fiers d’être arrivés parmi les trois premiers », avoue Bertrand Chiron, directeur et concepteur des projets lumières de la compagnie Bideau. Cette entreprise d’Indre et Loire d’une quinzaine de salariés était parmi les 97 sociétés à répondre à l’appel d’offre lancé par San Diego. Objectif : proposer un projet d’illumination du pont qui relie le continent à l’île de Coronado. Composé de 20 000 tonnes d’acier et de 86 000 mètres cubes de béton, le pont qui s’étend sur plus de 3 kilomètres, surplombe la baie de San Diego d’où l’on peut apercevoir le Mexique.

« Nous avons dû envoyer dix projets que nous avions déjà entrepris, les présenter et les accompagner d’une illustration », explique Bertrand Chiron. La compagnie Bideau choisit de décrire certaines des réalisations qui l’ont fait connaître, telles que l’illumination de la Tour Eiffel en 1984 ou celle de l’Acropole au moment des Jeux Olympiques d’Athènes de 2004.

Bertrand Chiron a déjà une certaine expérience des illuminations de monuments ou d’infrastructures. « Ce n’est pas un projet de 2 à 3 millions de dollars (le budget fixé par la ville de San Diego) qui allait me décourager », explique –t-il. Mais il doit tenir compte des critères exigés par la ville ; le pont devra être illuminé de façon à utiliser le moins d’énergie possible, un pont « durable » en quelque sorte, d’autant que cette installation sera « pérenne » selon Bertrand Chiron.

L’autre difficulté du projet concerne le « pilotage de l’éclairage. » « Il va falloir réussir à illuminer et animer le pont sur plus de 3 kilomètres de terre sans ligne électrique. Nous aurons à appliquer des technologies bien particulières », continue le directeur de Bideau. « Nous envisageons de faire des animations lumineuses telles que des déplacements de couleurs ou des scintillements », poursuit Bertrand Chiron.

La partie est toutefois loin d’être gagnée. « Nous avons deux concurrents sérieux (ndlr : Peter Fink, une entreprise britannique et Ned Kahn-Patrick McInerney Associates, une compagnie californienne), que nous devons absolument prendre en compte si nous voulons remporter l’appel d’offre », explique Bertrand Chiron. Et il reste un gros travail à faire sur place pour rencontrer les sous-traitants et les spécialistes en énergie solaire ou éolienne. Pour l’instant, l’entreprise attend la suite des instructions pour se rendre en Californie et se mettre à l’œuvre sur le terrain.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related