Subscribe

Le port du voile chez les fonctionnaires fait polémique en France

L’ancienne magistrate franco-norvégienne Eva Joly, élue en juin députée européenne sur la liste Europe Ecologie, a estimé vendredi qu’il ne fallait “exclure personne” concernant la candidate du NPA portant le foulard islamique dans le Vaucluse.

“Personnellement, je pense qu’il ne faut exclure personne, qu’il n’est pas interdit aux femmes qui le souhaitent de porter le foulard”, a déclaré Mme Joly lors d’un déplacement à Lyon, jugeant qu’elles “ont aussi droit à être candidates” pour les élections régionales de mars.

“Je ne dis pas que j’aime ça. Je rencontre souvent des femmes qui portent le hijab (le voile couvrant uniquement les cheveux) dans mes meetings. Je vais discuter avec elles comme je discute avec les autres”, a ajouté la députée pour qui voile et fonction politique sont compatibles.

“Je pense que l’intégration est la meilleure façon de faire et qu’elles n’auront plus envie à terme de porter leur voile”, a-t-elle conclu.

Jeudi, le porte-parole du NPA, Olivier Besancenot a dénoncé “un climat nauséabond, islamophobe qui devient insupportable” en France à propos de l’avalanche de critiques, à droite comme à gauche, sur l’investiture dans le Vaucluse d’Ilham Moussaïd, étudiante et trésorière départementale du NPA.

Le FN s’enflamme contre une contractuelle voilée

La femme fonctionnaire, agent de surveillance de Paris (ASP) suspendue de ses fonctions pour avoir porté le voile islamique simple dans un service de police, “aurait dû être purement et simplement radiée de la fonction publique”, estime vendredi le Front national.

La fonctionnaire, qui “s’est déjà signalée régulièrement depuis six ans en refusant d’observer les règles de neutralité religieuse dans les services publics (…), est le symbole de la montée de revendications islamistes ostentatoires et de la lâcheté du gouvernement face aux pressions de groupes politico-religieux”, écrit Marine Le Pen, vice-présidente du FN, dans un communiqué.

“Alors qu’elle aurait dû être purement et simplement radiée de la fonction publique pour violation répétée du principe de laïcité, cette femme bénéficie de l’indulgence de la Préfecture de police de Paris qui se refuse à la sanctionner”, ajoute le FN.

L’agent de surveillance, qui devait comparaître jeudi matin devant le conseil de discipline, a demandé le report de celui-ci, a indiqué une source policière. La décision de report a été prise à l’unanimité et la date du prochain conseil de discipline n’a pas été précisée.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related