Subscribe

Le président roumain somme Nicolas Sarkozy d’arrêter les expulsions de Roms

Le président roumain Traian Basescu a déclaré mercredi avoir demandé à son homologue français Nicolas Sarkozy “d’essayer d’arrêter” les expulsions de Roms roumains, lors du conseil européen de jeudi, mais a ajouté n’avoir pas reçu de “réponse claire”.

“Oui, j’ai demandé au président Sarkozy d’essayer d’arrêter le processus d’expulsions”, lors du dernier conseil européen, a déclaré M. Basescu lors d’une rencontre avec la presse étrangère dont l’AFP à Bucarest. “La réponse n’a pas été claire mais nous en discuterons quand nous nous verrons. Nous devons avoir une rencontre dans les semaines qui viennent”, a-t-il ajouté, indiquant qu’aucune date précise n’avait été fixée. “Les rapatriements ne sont qu’une solution du moment” et pas à long terme, a-t-il souligné. Interrogé sur la tonalité de ses discussions avec Nicolas Sarkozy après une série de photos montrant les deux hommes gesticulant lors du conseil européen, M. Basescu a insisté sur l’amitié qui le lie au président français. “Nous avons eu une discussion extrêmement amicale. Probablement que tous les deux gesticulons beaucoup quand nous parlons”, a-t-il plaisanté. “Nous sommes tombés d’accord pour trouver des solutions au problème des Roms nomades”, a-t-il poursuivi. “La Roumanie défendra toujours le droit des Roms de circuler librement en Europe. Ce sont des citoyens européens et tant qu’il n’y a pas de preuves qu’ils ont enfreint la loi, ils doivent bénéficier des mêmes droits que chaque citoyen européen”, selon le président roumain.

Les relations entre la Roumanie et la France se sont tendues après le durcissement de la politique française à l’égard des Roms d’Europe de l’Est, fin juillet, qui s’est traduit par le démantèlement accéléré de camps et le renvoi de plusieurs centaines de Roms vers la Roumanie et la Bulgarie. Après des échanges aigres-doux, les deux pays ont cependant décidé le 9 septembre de “mettre fin aux polémiques stériles” et de mieux collaborer pour améliorer les conditions de vie de cette minorité. D’après M. Basescu, “sur les 1,5 million de Roms vivant en Roumanie, un million sont intégrés” y compris sur la scène politique, et “500.000 ne le sont pas encore”. Parmi ces derniers, M. Basescu évoque des “Roms nomades” qui se déplacent y compris en Roumanie même si la plupart des membres de cette minorité sont sédentarisés.

Les chiffres sur le nombre de Roms roumains, le recensement donnant 530.000 tandis que les ONG évoquent 2,5 millions en soulignant que de nombreux Roms ne se déclarent pas comme tels par crainte de discriminations. M. Basescu a insisté sur le fait que la Roumanie tente d’améliorer l’accès à l’éducation pour les membres de cette minorité, rappelant que des places ont été réservées à l’université pour augmenter le taux d’études supérieures. Il a estimé qu’un mécanisme européen devrait être mis en place pour aider les municipalités qui voient s’ériger des camps de roms, que ce soit à l’étranger ou en Roumanie, afin qu’elles puissent favoriser l’accès à l’éducation des enfants et l’accès au marché du travail.


Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related